Contribution à l'étude des effets de N-glycannes non conjugués sur le développement de la tomate (Lycopersicon esculentum, Mill. )

par Claire Chevalier

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire

Sous la direction de Henri Morvan et de Michel Carlué.

Soutenue en 1996

à Limoges , en partenariat avec Université de Limoges. Faculté des sciences et techniques (autre partenaire) .


  • Résumé

    Les n-glycannes constituent, habituellement, la partie oligosaccharidique des proteines n-glycosylees. Ils interviennent dans le maintien de leur structure, dans leur mobilite ou encore leur conferent une activite enzymatique. Des n-glycannes ont aussi ete trouves a l'etat non conjugue dans des milieux de culture de suspensions cellulaires. Des travaux anterieurs ont montre qu'ils sont capables d'induire des reponses physiologiques particulieres lorsqu'ils sont utilises a des concentrations inferieures a la micromole, pour traiter des organes, ce qui a permis de les assimiler a des oligosaccharines. Ces considerations ont servi de base pour developper une experimentation appliquee au cas de la tomate, en raison des donnees deja acquises et de l'importance economique de cette plante. Les n-glycannes utilises dans ce travail sont un xylomannoside (man#5(xyl)gicnac#2(fuc)) et un oligomannoside (man#5glcnac). Au cours de cette etude, des effets induits par ces 2 n-glycannes ont d'abord ete releves sur le developpement de tomate avec pour objectif initial d'effectuer des traitements sous serre afin de controler precisement la formation et de la maturation des fruits. Les differents essais destines a preciser le developpement vegetatif ont ete conduits sur des jeunes plants issus de germination. Les mesures de l'allongement des hypocotyles effectuees sur des plants 7 et 35 jours apres la mise en germination montrent que les oligosaccharides ont des effets stimulants peu marques sur l'appareil aerien alors qu'ils peuvent se reveler inhibiteurs de la croissance racinaire. La faible amplitude des effets observes est certainement liee au fait que les oligosaccharides sont presents naturellement chez la tomate. Les essais ont aussi porte sur les neoformations de bourgeons a partir de fragments d'organes: entre-nuds et disques foliaires. Leur action n'est alors mise en evidence qu'en presence de cytokinine dans le milieu de culture. Les reponses obtenues sont tantot des synergies, tantot des antagonismes vis-a-vis de la cytokinine. Les nombreux traitements realises sur les fruits dans differentes configurations de culture donnent des resultats differents de ceux cites dans la litterature. Pour etayer l'argumentation a la base de la discussion une analyse statistique des resultats a ete realisee en faisant appel a des tests non parametriques compte-tenu des effectifs de chaque echantillon et de l'heterogeneite de la distribution des valeurs obtenues

  • Titre traduit

    Contribution for the investigation of the n-glycans biological effects on the tomato (lycopersicon esculentum, mill. )


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 134 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Section Sciences et Techniques). Service Commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.