Etude morphologique et structurale des mécanismes de dégradation des batteries plomb/acide A recombinaison de gaz lors des tests de cyclage et de surchage

par Christine Brissaud

Thèse de doctorat en Sciences des matériaux

Sous la direction de Jacques Foct.

Soutenue en 1996

à Lille 1 .


  • Résumé

    Les batteries plomb/acide ont parfois une durée de vie plus courte que celle espérée. L'origine de ce phénomène, appelé perte de capacité prématurée, a été localisée à la plaque positive. Des essais de cyclage et de surcharge sur des batteries industrielles ont été menés dans le but d'identifier et de comprendre les mécanismes de dégradations qui sont responsables de la chute de capacité. Des analyses de la plaque positive, au cur de la matière active et à l'interface grille/matière active, ont été réalisés tout au long de la vie des batteries et ont permis de conclure quant aux mécanismes intervenant lors de la fin de vie. La chute de capacité des batteries lors du test de cyclage a été attribuée à la formation d'agrégats isolés de matière active positive. Les agglomérats isolés ne peuvent plus participer aux réactions électrochimiques de charge et de décharge. Ce phénomène a été modélisé à partir du mécanisme de frittage en considérant cependant un processus lié à la nature du test de cyclage. La corrosion intergranulaire généralisée de la grille positive entraîne la chute de capacité des batteries testées en surcharge. Cette corrosion implique une déformation importante de la grille et la matière active s'en détache alors progressivement. La grille ne peut plus jouer son rôle de collecteur - distributeur de courant

  • Titre traduit

    Structural and morphological study of damage in valve regulated lead/acid batteries during cycling and floating tests


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (158 p.)
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?