Analyse des courbes de lumiere et interpretation de l'activite des cometes lointaines : application a la comete p/schwassmann-wachmann 1

par HERVE CABOT

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de J. KLINGER.

Soutenue en 1996

à Grenoble 1 .


  • Résumé

    Les cometes sont les objets connus les moins evolues du systeme solaire. Leur etude permet de mieux comprendre la formation ainsi que l'evolution du systeme solaire. La comete p/schwassmann-wachmann 1 (p/sw1) se situe sur une orbite quasi-circulaire entre 5. 7 et 6. 4 unites astronomiques. A cette distance du soleil, la sublimation de glace d'eau est negligeable et pourtant, cette comete est tres active, presentant parfois des sursauts d'activite de plusieurs magnitudes appeles outbursts. Elle pourrait donc nous renseigner sur les mecanismes d'activite cometaires. Nous avons montre dans ce travail que la probabilite de collision avec un objet interplanetaire etait tres faible et que cette hypothese ne pouvait expliquer les frequents outbursts observes. Une analyse des magnitudes de la comete p/sw1 sur 70 ans a ete realisee. Nous n'avons pas trouve de periodicite dans le signal, mais nous avons mis en evidence une correlation entre le niveau moyen d'activite de la comete et la distance heliocentrique. Toutefois, il existe un retard de l'ordre de quelques annees entre le maximum d'activite et le passage au perihelie. Nous savons que les cometes ont ete formees a de tres basses temperatures et doivent contenir de la glace amorphe a l'origine. Cette glace a pu rester sous cette forme, notamment dans le cas de p/sw1, qui reste toujours loin du soleil. Des gaz tels que le monoxyde de carbone (co) peuvent etre pieges dans la matrice amorphe, et relaches lors de la cristallisation. Nous pensons que ce phenomene peut etre a l'origine des outbursts observes, alors que l'activite permanente serait due a la sublimation du co en profondeur, ce qui expliquerait le retard observe. Nous avons egalement simule de facon independante des processus cometaires (diffusion de gaz, propagation d'une onde de chaleur) et realise un modele simpliste de noyau cometaire. Ces simulations montrent que les hypotheses de notre scenario sont credibles et qu'un phenomene exothermique tel que la transition de phase devrait exister dans les noyaux cometaires pour pouvoir rendre compte des outbursts observes


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 229 P.
  • Annexes : 150 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Meudon). Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : MMf.TKlinger
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.