Implication des voies noradrenergiques du locus coeruleus dans la regulation de la secretion spontanee de l'hormone de croissance chez le rat

par Françoise Mounier

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de J.-M. BESSON.

Soutenue en 1996

à l'EPHE .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    En fonction des differents recepteurs mis en jeu, les systemes noradrenergiques (na) centraux peuvent moduler positivement ou negativement la secretion de l'hormone somatotrope (gh). Ils agissent via les neurohormones hypothalamiques qui la controlent: la somatostatine (srih) et la somatoliberine (ghrh). Des approches physiologiques (mesure de rythmes hormonaux chez le rat male vigile porteur de lesion du locus coeruleus (lc) ou du noyau paraventriculaire de l'hypothalamus (pvn), pharmacologiques (utilisation d'agonistes ou d'antagonistes des recepteurs a na et a corticoliberine (crh) in vivo ou in vitro) et neuroanatomiques (hybridation in situ de la ghrh et de la srih, autoradiographie des recepteurs a srih et marquage de voies par traceur de flux retrograde) nous ont permis de definir le role du lc, un des noyaux noradrenergiques innervant l'hypothalamus, sur la secretion spontanee de gh. Nos resultats confrontes a ceux de la litterature permettent de penser que les voies na du lc exercent un controle tonique inhibiteur sur la secretion spontanee de gh en activant les recepteurs alpha 1 adrenergiques situes sur les neurones a crh du pvn. La liberation de crh qui en resulte aurait pour consequence une augmentation de la liberation des neurones a srih et par la, une diminution de l'activite de synthese des neurones a ghrh. Par ailleurs, nous avons visualise de nombreux recepteurs a srih sur les corps cellulaires des neurones na du lc. Le fait qu'une infusion locale de srih stimule la secretion de gh montre que certains de ces recepteurs sont presents sur les neurones na impliques dans le controle negatif de gh exerce par le lc. Cependant, un eventuel retrocontrole de la srih ne peut etre qu'indirect puisque l'innervation somatostatinergique du lc n'est pas d'origine hypothalamique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 171 P.
  • Annexes : 476 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole pratique des hautes études. Section Sciences de la vie et de la terre.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.