Une ethnologie de l'agression : l'expérience des victimes et de leurs familiers à Aulnay-sous-Bois

par Dominique Dray

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Jeanne Favret-Saada.

Soutenue en 1996

à Paris, EHESS .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    En pensant ensemble l'anthropologie du malheur et l'anthropologie juridique, l'auteur rend compte de la construction sociale de l'agression - agression physique, cambriolage - par les victimes et leurs familiers. Ces derniers considerent l'agression comme un malheur, qui introduit un desordre social et moral. Face a l'anonymat des agresseurs, les mefaits subis demeurent impunis. Ainsi rejetes dans un espace de non-droit implicite, incertains de recouvrer leur pleine jouissance d'un statut de "sujet de droit", les victimes et leurs familiers s'affirment comme "sujets moraux" pour repondre a l'ebranlement provoque par l'agression. Apres une description du vecu de l'agression, ce sont les procedures de restauration du lien social, visant a ramener les victimes dans un monde regi par les regles de la vie en societe, qui ont ete mises au jour : designation d'un responsable, prononce d'une sanction ideale, recours a des protections materielles. Les victimes sont soutenues par leurs familiers. Cependant, la reponse collective a l'agression est traversee par l'ambivalence des sujets et marquee par des tensions qui opposent victimes et familiers. Cette reponse, qui demeure inachevee, equivaut neanmoins a une auto-therapie : en dehors de tout recours a un therapeute, victimes et familiers se sont reengages dans l'ordre des choses.

  • Titre traduit

    An ethnography of aggression. Victims and their relatives' experience in aulnay-sous-bois


  • Résumé

    Thinking all together anthropology of misfortune and juridical anthropology, the author reports the social construction of agression physical assault, burglary - by the victims and their relatives. All of them look on aggression as a misfortune which induces a social and moral disorder. Because of aggressors' anonymity, suffered damages remain unpunished. Therefore, rejected in abeyance low place, not sure to be recognized as individual having rights and responsabilities, victims and their relatives assert themselves as "moral person" to acknowledge the shock due to the aggression. After a description of experience, the author sets out procedures of "social link" restauration which aim at bringing back victims into world ruled by "life in society" codes : designation a culprit, delivering of an ideal punishment, recourse to materially protect. Relatives assist victims. But the collective response to aggression is marked by the ambivalence of the subjects and by tensions opposing victims and relatives. This response which remains uncompleted, is nevertheless equivalent to a self-therapy : without turning to a therapist, victims and relatives are re-involved in the nature of things.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol.
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : EHESS H 1996-88 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5721
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF-1582
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.