Recherche de proteines reliees a la symbiose endomycorhizienne chez des pois (pisum sativum l. ) compatibles (myc#+) et resistant (myc#-) et cinetique d'induction des endomycorhizines

par ASSEM SAMRA

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de E. DUMAS-GAUDOT.

Soutenue en 1996

à Dijon .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les recherches presentees dans ce memoire s'inscrivent dans le cadre des etudes visant a mettre en evidence les produits des genes relies a la symbiose endomycorhizienne de pisum sativum l. L'utilisation de deux genotypes de compatibles a l'endomycorhization cv. Frisson (myc#+,nod#+) et p56 (myc#+,nod#-) et d'un genotype resistant (myc#-,nod#-) nous a permis de demontrer que la colonisation des racines des deux genotypes compatibles, par le endomycorhizogene glomus mosseae, s'accompagne de profondes modifications des profils polypeptidiques sees par la sur-expression et la repression de certains polypeptides et par l'induction de nouveaux. Ces nouveaux polypeptides representent par definition les endomycorhizines, c'est-a-dire les polypeptides qui apparaissent en a l'inoculation des genotypes compatibles par le champignon endomycorhizogene. En revanche, l'inoculation des nes du genotype resistant (myc#-,nod#-) par g. Mosseae se traduit principalement par une importante repression de l'expression de nombreux polypeptides. Une etape majeure de notre travail a ete d'etudier la cinetique d'evolution modifications polypeptidiques des les stades precoces de l'association symbiotique. Les premieres modifications des polypeptides sont decelables chez les trois genotypes apres 5 jours d'inoculation. Des polypeptides relies a la se, et dont l'expression augmente au cours de la colonisation, ont ete caracterises, chez les deux genotypes par leur masse moleculaire et leur point isoelectrique. Les polypeptides additionnels identifies chez le genotype tant pourraient etre relies a l'expression de certaines proteines de defense. Les etudes de la synthese des in vivo et in vitro confirment les modifications polypeptidiques (stimulation, repression et induction) consecutives a l'inoculation par g. Mosseae. La synthese in vivo nous a de plus permis de montrer que les endomycorhizines sont vraisemblablement synthetisees lentement et s'accumulent au cours de la symbiose. Des inducteurs fongiques, tibles d'eliciter des modifications des profils polypeptidiques des racines, a partir d'extraits proteiques solubles de spores germees n'ont pas ete mis en evidence. D'importantes modifications polypeptidiques sont associees a la germination des spores de g. Mosseae, mais nous n'avons pas detecte de differences dans les profils polypeptidiques de spores germees en presence d'eau ou d'exsudats de racines des genotypes myc#+ et myc#-. En revanche, nos travaux sur l'analyse des profils polypeptidiques de spores de champignons endomycorhizogenes, appartenant a differents genres, ont montre l'existence d'une variabilite interspecifique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 110 P.
  • Annexes : 287 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.