La folie du corps temporel chez Marguerite Duras

par Brigitte Teytaut-Fizyczak

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée

Sous la direction de Lucette Mouline.

Soutenue en 1996

à Bordeaux 3 .


  • Résumé

    Parce que nee tres loin du lieu ou elle vit et eternellement attachee a la lointaine terre de l'enfance, marguerite duras souffre farouchement de l'arrachement au passe. La sensation d'une perte grandiose engendre un sentiment de nostalgie qui s'ecoule dans les livres ou plutot dans le grand livre toujours recommence. L'on y entend l'appel d'un corps a un autre corps : celui du souvenir, celui de la creation qui chantera l'amour desespere de la mere, du petit frere, de l'asie. . . Dans l'ecrit, marguerite duras epuise son vecu, particulierement depuis l'ecroulement des barrages (catastrophe fondatrice), son vecu veridique mais aussi son vecu vrai, tout aussi bien alors son mensonge, son desir. L'ecrit temoignera de l'effort a la fois douloureux et merveilleux pour atteindre une quelconque purete, laquelle ? mais celle du temps bien sur | le temps pur sera le refuge de l'etre confronte a l'impossibilite du reel, lequel refuse le desir. Le desir, meme spolie de sa realisation, le desir qui est emoi, sauve le corps du sournois grignotement des jours. Le reel est cruel. . . Il faut dormir, il faut boire ou bien mourir | souvent l'on tue, soi ou un autre. . . Mais aussi l'on attend la folie, la douce folie, cette redemption | les personnages, ces fousd'ailleurs toujours si beaux- au comble de l'ignorance, de l'indifference et de l'absence, semblent savoir. C'est que la souffrance, qui est ecoute particuliere de l'univers, procure la connaissance. Le delire des fous exprimera l'absolu de la perte, l'absence de dieu, il sera donc texte sacre. Le corps qui ecrit est soumis au flux et au reflux de la memoire, du desir, de l'emotion. . . L'oeuvre durassienne sera d'une sincerite inoubliable, entrainee malgre le malheur des jours vers l'espace absolu : celui de la foi de ressusciter, de creer. . . Le bonheur.

  • Titre traduit

    The Madness in Marguerite Duras'works is inherent to the time which destroys the human being


  • Résumé

    Because she was born very far from where she lives, she became attached to the far east of her girlhood. Marguerite duras suffers fiercely while she wrestles with her past. The feeling of an infinite loss generates a feeling of nostalgia which imbues her books or the works of her life. We can hear the call from a body to another body : the body of memory, the body of creation which will sing the song of the desperate love of the mother, of the brother, of asia. . . In her works marguerite duras exhausts her real-life, particularly since the dams crumbled down (the founding catastrophe), her truthful real-life but also her true life and then equally her lie, her desire which will reach some purity ; what sort of purity ? the purity of time, of course | this time will be the sanctuary of the human being who will be confronted to the cruelty of reality, which refuses the desire. The desire, even deprived of his realisation, the desire which is an emotion saves the human being from the slow destruction, which is the pith of the human being. Reality is fierce, we have to sleep, we have to drink or to perish | we have often to kill, oneself or somebody else. We are also waiting for madness, a sweet madness, this redemption | the characters, those fools -always so beautiful- at the peak of ignorance, of detachment, of absence, seem to know. It's true that hardship, which is a particular way of comprehension of the world gives the understanding. The delirium of the fool is the explanation of the infinite loss, the absence of god, the delirium will be the holy text. The body which writes, depends on the ebb and flow of memory, desire, emotion. . . Marguerite duras' works (dragged in spite of every day's adversity towards unlimited space) will be true and unforgettable. This unlimited space gives the delight to resuscitate, to create. . . Happiness.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Presses Universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

La folie du corps temporel chez Marguerite Duras


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (601 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Lettres et Sciences humaines.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Presses Universitaires du Septentrion à Villeneuve d'Ascq

Informations

  • Sous le titre : La folie du corps temporel chez Marguerite Duras
  • Dans la collection : Thèse à la carte
  • Détails : 1 vol. (601 p.)
  • Notes : Bibliogr. p. 587-597.
  • ISBN : 2-284-00823-2
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.