Synergie de la deltaméthrine et du prochloraze chez l'abeille Apis mellifera L : une approche métabolique

par Maggy Meled

Thèse de doctorat en Chimie organique biorganique

Sous la direction de Luc P. Belzunces.

Soutenue en 1996

à Aix-Marseille 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les importantes mortalites d'abeilles liees a l'emploi en association de fongicides et d'insecticides classes comme non dangereux pour les abeilles sont a l'origine des etudes sur la toxicite de l'association de la deltamethrine et du prochloraze chez l'abeille. L'utilisation de ces produits en doses subletales a permis de mettre en evidence une synergie de mortalite chez les abeilles d'ete, suite a un traitement en association des deux pesticides. Une difference de sensibilite, envers l'association de ces deux pesticides, a ete mise en evidence entre les abeilles d'ete et les abeilles d'hiver. Chez ces dernieres, la dose de deltamethrine doit etre augmentee d'un facteur 8 pour obtenir une synergie. Une interference d'action sur des cibles communes aux deux pesticides ou bien une deviation metabolique de la metabolisation de la deltamethrine par l'action du prochloraze sur les enzymes de detoxication peuvent etre envisagees pour expliquer le mecanisme de synergie. C'est cette seconde hypothese que nous avons testee. Cela a necessite la mise au point de l'extraction des monooxygenases a cytochrome p450 microsomales puisqu'elles n'avaient jamais ete obtenues sous leurs formes actives chez cet insecte. Une difference quantitative de l'activite des monooxygenases a cytochrome p450 et des glutahion-s-transferases a pu etre constatee entre les abeilles d'ete et d'hiver. Le suivi de ces enzymes dans l'intestin a ensuite ete realise apres traitement des abeilles d'ete et d'hiver. Nous avons observe une augmentation de la teneur et des activites des monooxygenases immediatement apres traitement en association ainsi qu'une diminution de l'activite des gst chez les abeilles d'ete. Ces constatations ne sont pas visibles avec les abeilles d'hiver alors que les conditions pour avoir un effet synergique sont remplies. Le prochloraze inhibe, in vitro, diverses activites monooxygenasiques et la metabolisation ex vivo de la testosterone. Son action est cependant plus specifique et moins efficace que chez les vertebres. Bien que le prochloraze inhibe aussi, ex vivo, le metabolisme de la deltamethrine apres un traitement au prochloraze seul ou en association, le profil metabolique de la deltamethrine, in vivo, n'est pas modifie. L'hypothese de la deviation metabolique semble donc peu probable pour, a elle seule, expliquer la synergie de mortalite chez les abeilles due a l'association deltamethrine-prochloraze

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 198 p.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Marseille. Saint-Jérôme). Service commun de la documentation. Bibliothèque de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 2362/A-B
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.