Influence de la chaleur sur le métabolisme énergétique et sa régulation chez les poulets en croissance

par José Carlos Fiad Padilha

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Marie-Claude Viguier-Martinez.

Soutenue en 1995

à Tours .


  • Résumé

    Notre premier objectif était d'étudier les modifications métaboliques induites par la chaleur. Grâce à notre modèle expérimental : 22al (22°c, nourris à volonté), 32al (32°c, nourris à volonte) et 22pf (22°c, alimentation égalisée sur les animaux 32al), nous avons pu distinguer l'effet direct de l'effet indirect lie à la baisse d'ingère. Entre 4 et 6 semaines d'âge, la chaleur réduit l'ingéré de 24% mais à même consommation, la réduction de croissance est encore de 22%, associée à une augmentation du catabolisme azote et du dépôt lipidique. Au chaud, le métabolisme basal est réduit, mais l'extra chaleur rapportée à l'énergie ingérée est augmentée. Quel que soit l'état nutritionnel, les poulets 32al ont une triglyceridemie similaire mais un taux circulant d'acides gras libres réduit par rapport aux 22al. L'uricémie est également accrue, notamment a l'état basal, malgré une très forte baisse de l'aminoacidemie. Au chaud, la réduction importante des taux circulants de t3 nous a conduit à envisager une supplémentassions alimentaire en t3. Bien que la t3 soit ramenée à un niveau identique aux 22°c et que l'engraissement soit très fortement réduit, elle n'a pas permis d'améliorer la croissance des poulets. La glycémie, identique à l'état basal, est augmentée à l'état nourri, alors que l'insulinémie n'est pas affectée par la chaleur. Par administration d'insuline exogène, nous avons montré au chaud une résistance à l'insuline à l'état basal et une diminution de la sécrétion d'insuline en réponse à une charge orale de glucose. Nous avons enfin envisagé des solutions nutritionnelles pour améliorer la croissance au chaud. L'augmentation isoénergétique du taux de lipides (5 a 10%) n'a pas favorisé l'ingère mais a amélioré la croissance par augmentation de la rétention protéique. A 32°c, l'augmentation du taux protéique du régime (15 à 25%) ramène le profil en acides aminés libres plasmatiques à un niveau identique aux 22al et améliore la croissance.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (205 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p . 192-205

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Section Sciences-Pharmacie.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.