Rôle biologique de la métallothionéine-III dans le système nerveux central : approche moléculaire et cellulaire

par Marie-Claude Amoureux

Thèse de doctorat en Pharmacologie et toxicologie moléculaires

Sous la direction de P. PAUWELS.

Soutenue en 1995

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'elucidation des fonctions des metallothioneines-i et -ii progresse depuis quatre decennies. La decouverte recente de la metallothioneine-iii, uniquement exprimee dans le systeme nerveux central, a apporte une nouvelle preuve de la complexite de cette famille de proteines mais suggere aussi que chacune d'entre elles detient sa part de specificite. L'etude du role biologique de la metallothioneine-iii dans le systeme nerveux central, par des approches cellulaire et moleculaire, a fait l'objet de cette these. Celle-ci rend compte de l'expression largement distribuee de l'arn messager codant pour cette proteine dans le cerveau du rat et de l'homme. Deux activites physiologiques de la metallothioneine-iii sont proposees. Une fonction inhibitrice de la proliferation des cellules gliales est suggeree par l'observation d'un faible taux d'arnm de la metallothioneine-iii endogene dans des lignees gliales tumorales du rat et de l'homme par rapport a celui mesure dans des astrocytes de rat en culture primaire ou dans le cerveau du rat et de l'homme. En outre, une correlation inverse entre ce taux et la vitesse de proliferation de lignees c6 de gliome de rat a ete mesuree. Par ailleurs, la metallothioneine-iii humain recombinante, exprimee de facon permanente dans des cellules ovariennes de hamster chinois (cho-k1), exerce une fonction protectrice de la survie de ces cellules cultivees en absence de serum. D'autre part, le taux d'arnm de la metallothioneine-iii n'apparait pas modifie dans le cortex frontal et temporal, l'hippocampe et le cervelet de patients atteints de la maladie d'alzheimer, mais il est variable entre individus. Les fonctions de la metallothioneine-iii sur la proliferation et la survie cellulaire autorisent a definir cette proteine comme un facteur de croissance, capable d'exercer des activites stimulatrices aussi bien qu'inhibitrices, et susceptible de jouer un role dans certains pathologies comme les maladies neurodegeneratives, et dans les tumeurs cerebrales

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : [7]-228-[31] f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1995TOU30252
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.