Le comportement alimentaire de la reine d'abeilles chez Apis mellifica ligustica

par Samar Alhaddad

Thèse de doctorat en Sciences du comportement

Sous la direction de B. DARCHEN.

Soutenue en 1995

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail apporte des informations variees sur les relations alimentaires reine-ouvrieres chez l'abeille domestique. Apres un premier chapitre de synthese des connaissances sur l'alimentation des differents individus de la ruche et de la reine d'abeilles en particulier, une analyse sociale du comportement alimentaire de la reine feconde et de la reine vierge est entreprise dans un second chapitre. Des ouvrieres marquees, d'age connu, alimentent la reine. Ce comportement est suivi au cours du nycthemere, tout au long de l'annee. L'auteur montre que la nuit pendant la belle saison, la reine est nourrie par des ouvrieres sensiblement plus vieilles que celles la nourrissant pendant le jour, ce qui jusqu'ici etait ignore. L'hiver, l'alimentation de la reine est moins tributaire des ouvrieres en particulier pendant la periode d'arret de ponte, pendant laquelle elle se nourrit plutot de miel preleve directement dans les reserves. L'age des abeilles nourrices est d'autre part mis en relation avec l'etat physiologique de leurs glandes nourricieres. Les informations a ce sujet etaient plus ou moins disparates voire contradictoires. Le travail realise permet de decrire ce que consomme la reine et quel est l'etat glandulaire des ouvrieres nourrices. Au cours d'un 3eme chapitre sont traitees l'alimentation et la ponte de la reine en relation avec les fluctuations meteorologiques (beau temps/mauvais temps). Or, les observations montrent qu'a l'interieur de la ruche, la reine n'a pas de contact direct avec les butineuses, categorie d'ouvrieres qui s'active davantage lorsqu'il fait chaud. La question est donc posee du passage de l'information entre ouvrieres butineuses et reine. Au 4eme chapitre, ce probleme est elucide a l'aide d'experiences appropriees en montrant que le va-et-vient des abeilles butineuses engendre un mouvement d'air dans la ruche informant la reine de l'activite plus ou moins grande des butineuses. Ceci est l'occasion d'apporter une pierre supplementaire a la notion de ruche fonctionnant comme un veritable superorganisme

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 227 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1995TOU30137
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.