Régulation in vitro du système des facteurs de croissance du type insuline dans les ostéoblastes

par Florence Trémollières

Thèse de doctorat en Biologie du développement

Sous la direction de Hugues Chap.

Soutenue en 1995

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La regulation du remodelage osseux represente un mecanisme complexe, qui demeure mal connu. A cote de la regulation hormonale systemique, le role d'une regulation locale par l'intermediaire de differents facteurs (prostaglandines, facteurs de croissance, cytokines) apparait desormais primordial, tant dans la mediation de l'action des hormones systemiques, que des interactions cellules-cellules ou cellules-matrice osseuse. Parmi ces facteurs de croissance, les insulin-like growth factors (igf)-i et igf-ii, jouent un role de tout premier plan dans le controle de l'activite osteoblastique de formation osseuse. Les igfs sont secretes par les osteoblastes, parallelement a des proteines de liaison (igfbps) qui modulent leur activite biologique. L'auteur a etudie la possibilite d'une regulation de nature auto/paracrine de la secretion des igfs ainsi que de leur proteines de liaison et montre que differents facteurs de croissance (igf-ii, tgf b1, fgf basique, pdgf) modulent de maniere differentielle la proliferation cellulaire et la secretion de l'igf-i dans une lignee clonale osteoblastique murine. Dans les cellules osseuses humaines on a montre egalement l'existence d'une regulation locale de la secretion de l'igfbp-3 et de l'igfbp-4 par l'igf-i et l'igf-ii selon des mecanismes complexes a la fois de nature transcriptionnelle et egalement post-transcriptionnelle. De plus, differentes hormones telles la progesterone et un derive synthetique du cortisol, la dexamethasone sont susceptibles de modifier l'activite osteoblastique et notamment la secretion et l'activite de l'igf-i ou de l'igf-ii. Dans des cultures de cellules osseuses humaines non transformees, la progesterone entraine une augmentation de la proliferation cellulaire et de la secretion de l'igf-ii mais ne modifie par la secretion de l'igfbp-3 et -4. Au contraire et dans le meme modele cellulaire, la dexamethasone (qui deprime a long terme l'activite de proliferation osseuse) entraine une inhibition marquee de la secretion de l'igf-i tout comme des igfbp-3, -4 et d'une igfbp de 29 kda (vraisemblablement l'igfbp-5). La diminution de la secretion des igfbps est susceptible en retour d'augmenter la biodisponibilite et l'activite biologique de l'igf-i et de l'igf-ii. L'ensemble de ces resultats temoigne de la complexite de la regulation de l'activite osteoblastique et de l'importance du systeme des igfs. Ils sont susceptibles de contribuer a l'amelioration de nos connaissances du metabolisme osseux dans son ensemble et d'ouvrir des perspectives d'avenir quant aux possibilites therapeutiques futures

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 130 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1995TOU30049
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.