Rainer Werner Fassbinder, un artiste dans la cité : ou Des images dans les sons

par Françoise Dahringer

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Jean-Louis Bandet et de Jean-Pierre Berthomé.

Soutenue en 1995

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Fassbinder s'impose parmi les cinéastes de sa génération par la quantité et la qualité de son oeuvre. L'occultation de la période nazie, l'"immobilisme psychique" des années cinquante et la "colonisation des mentalités" par le cinéma américain constituent les conditions historiques de son cinéma. La recherche d'identité qui se manifeste aussi dans la révolte de la jeunesse des années soixante dix, passe par celle d'un langage. Ce langage personnel et collectif est sensible dans l'organisation de l'espace filmique. La topologie est déterminé par la dialectique extérieur intérieur : à la nocivité de l'extérieur s'opposent les illusoires refuges des intérieurs. L'oppression sociale se manifeste par une pression spatiale. Dans l'espace du protagoniste (l'étage), convergent les pressions du haut et de l'extérieur, et le centre impossible dit l'identité absente. La pression constante du dehors s'amplifie par le son qui prend, à partir de 1978, une importance considérable, et exprime la nocivité d'une society dont voix et bruits "acousmatiques" sont l'inquiétante manifestation. Cette conception de l'espace visuel et sonore réactive une sensibilité expressionniste. Reproduisant la structure sado-masochiste du monde, l'individu ne peut le changer et n'existe que dans la souffrance et l'acceptation de la mort. En puisant des images dans ce monde, l'artiste se crée, lui, une identité nécessairement ambiguë. Ce jeu avec les images affirme la tendance baroque de plus en plus nette de l'oeuvre.


  • Résumé

    Fassbinder stands out against the other film-makers of his generation because of the importance and the quality of his production. The blotting out of the Nazi period, the psychic inertia of the fifties and the colonization of minds by the American cinema, set up the historical conditions of his cinema. The quest for identity appearing in the rebellion of young people in the seventies is also a quest for a language. That language, both collective and personal, is remarkable in the organisation of film space. Its topology is determined by the outside-inside relationship : a noxious open space is opposed to deceptive shelters. The shrinking of space means social oppression. Downward and inward pressures focus within the protagonist's setting and an impossible center reveals an absent identity. The constant pressure coming from outside is brought on by the sound which from 1978 on, takes up considerable importance and is meant to express the noxiousness of the society upsettingly present through acousmatic voices and noises. The way image and sound are organised arouses the old expressionist sensibility. Reproducing the sado-masochistic structure of the world, the individual cannot change it and only exists through suffering and accepted death. Taking images from that world, the artist creates a necessarily ambiguous identity for himself. The way he plays with the images asserts the increasingly baroque tendency of his work.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (477 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. ff. 445-470. Filmogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne-Sud (Lorient). Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Rennes 2. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR Rennes 1995/39
  • Bibliothèque : Théâtrothèque Gaston Baty (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : DG 310
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.