Essai sur la matérialité : la tradition comme épistémé des médecines populaires : point d'application : la médecine chinoise

par Daniel Laurent

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Loïck M. Villerbu.

Soutenue en 1995

à Rennes 2 .


  • Résumé

    Le point de départ de cette thèse se trouve dans la recherche des fondements des médecines populaires, au premier chef la chinoise ; nous nous sommes alors interrogé sur les partis pris inconscients de notre pensée moderne dans sa saisie de l'être par rapport à la pensée traditionnelle. A partir de là, et après avoir au mieux circonscrit notre sujet dans le domaine de la sinologie et des textes référentiels, nous nous sommes livrés à l'exploration du postulat et des axiomes implicites qui sous-tendent les notions fondatrices des différentes traditions, principalement la chinoise. Nous avons été ainsi renvoyé à une saisie de l'être radicalement différente mais aussi justifiée que celle de la pensée moderne. Nous avons alors développé le postulat dit de la pré-existence permanente (ou du toujours déjà-là), postulat qui, d'ailleurs, a été mathématiquement justifié par Kurt Godel. En effet, selon le théorème d'incomplétude de Godel (1931), aucune pensée ne peut par elle-même fonder le point de départ de son développement. A partir de ce postulat donc, nous avons montre qu'à travers les axiomes de globalité, d'analogie et d'ordre, la révélation et l'initiation venaient tout simplement se substituer à l'explication et à la démonstration. Ce postulat, coeur de cette thèse, marque ainsi une ligne de clivage radical entre pensée traditionnelle et pensée moderne. Alors l'efficacité des médecines populaires et traditionnelles s'impose naturellement, ce que nous montrons dans notre terrain de démonstration en particulier par le rôle du chaman


  • Résumé

    The starting point for this thesis is research into the foundations of popular medicine, especially Chinese popular medicine. We then consider the unconscious prejudices of modern thought concerning the concept of existence compared with traditional thought. From this initial point, and after defining the parameters of the subject in the field of sinology and by reference to standard texts, we explore the postulate and implied axioms underlying the founding notions of different traditions, principally the Chinese tradition. We arrive at a concept of being radically different from, but equally justified as, that propounded by modern thought. We go on to develop the so-called hypothesis of permanent pre-existence (or always having been), a hypothesis which has been mathematically justified by Kurt Godel. According to Godel's theorem of incompletien (1931), no thought can be the starting point of its own development. From this hypothesis, we demonstrate that, through the axioms of globality, analogy and order, revelation and initiation naturally take the place of explanation and demonstration. This hypothesis, central to the thesis, marks a radical divergence between traditional and modern thought. Popular and traditional medicines prove then to be naturally efficient, which we demonstrate in our field particularly by the role of the shaman.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (295 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 282-288. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Rennes 2 - BU centrale (Rennes).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TR Rennes 1995/18
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.