Rôle de la mémoire de travail dans la compréhension de phrase : approche neuropsychologique

par François Rigalleau

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Daniel Gaonac'h.

Soutenue en 1995

à Poitiers .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le travail presente examine d'abord dans quelle mesure un deficit de memoire a courtterme phonologique (dmct) peut determiner des troubles de comprehension de phrase. Quatre experiences emploient une methode de parole a negliger pour savoir si des lecteurs normaux activent la representation phonologique d'un mot pendant la lecture d'un texte. Une parole bisyllabique sans signification est entendue ou non pendant la lecture. Elle est plus ou moins proche phonologiquement d'un mot du texte deja lu. Pour une parole proche, un ralentissement specifique de la lecture est observe si le texte contient des noms propres ou une impasse lexicale. Ces deux cas correspondent a des operations deficientes chez certains cerebro-leses souffrant d'un dmct phonologique selon caplan et waters (1990). Une seconde partie examine dans quelle mesure les troubles de comprehension syntaxique d'aphasiques sont dus a un deficit d'automaticite de leurs traitements morphosyntaxiques. Une serie d'experiences montre que trois patients souffrant de comprehension asyntaxique parviennent a traiter le genre d'un pronom seulement si le contexte incite a focaliser son attention sur le genre du pronom. Enfin deux experiences de double tache, conduites chez des sujets normaux, echouent a montrer un effet d'interference specifique lorsque ces deux taches impliquent des traitements de phrase. Cette absence de competition est en faveur d'une automaticite des processus syntaxiques chez les normaux. Les resultats sont discutes en s'attachant a leurs implications neuropsychologiques, et a leur compatibilite avec les modeles recents du traitement pronominal.

  • Titre traduit

    The role of working memory in sentence comprehension : a neuropsychological approach


  • Résumé

    First this research examines wether a deficit of phonological short-term memory (dstm) can determine some sentence comprehension disorders. Four experiments use unattented speech effect to know wether normal text readers reactivate the phonological representation of a word during reading. A meaningless bisyllabic speech is (for not) listened while reading. This speech is more or less similar to the sounds of an already read word. When speech is similar, the experiments show a specific slowing-down of reading time in two cases : when texts contain proper names or a lexical garden-path. According to caplan and waters (1990), those two cases require second-path processing which is deficient in certain brain-damaged patients with specific dstm. Secondly, this research examines to what extent syntactic comprehension disorders of some patients suffering from aphasis depend on a loss of automaticity of morphosyntactic processing. A series of experiments show that emphasizes the attention on the gender of pronous. Lastly, two double task asyntactic comprehenders can correctly process pronominal gender when the context experiments, carried out with normal subjects, fail to find specific interference when the two tasks require sentence processing. This finding is consistant with automaticity of syntactic processing in normal subjects. The discussion bears on the implications in neuropsycholgy and for recent models of pronominal processing.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (x-436 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?