Développement in vitro du muscle squelettique de mammifère : fusion myoblastique, homéostasie calcique et cytosquelette

par Bruno Constantin

Thèse de doctorat en Électrophysiologie et pharmacologie cellulaire. Interactions cellulaires

Sous la direction de Guy Raymond.

Soutenue en 1995

à Poitiers .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La premiere partie constitue une revue des processus de myogenese chez les vertebres. Il en ressort notamment, qu'au cours du developpement in vitro des cellules musculaires squelettiques, la fusion des myoblastes mononuclees en myotubes multinuclees est une periode particulierement active dans le programme de differenciation fonctionnelle et structurale. Suite a la fusion des myoblastes, les differentes fonctions specifiques se mettent en place de facon progressive et coordonnee. Le cytosquelette subit de profondes modifications. La cellule myogenique edifie une cytoarchitecture comprenant entre autres des filaments d'actine et un reseau sous-sarcolemmien de dystrophine, qui protege la cellule musculaire contre les nombreuses contraintes qu'elle subit lors de la contraction. La deuxieme partie presente les resultats experimentaux obtenus sur les cultures de cellules musculaires squelettiques de rat. Si la fusion myoblastique precede l'apparition des fonctions et des structures specifiques du muscle, la multinucleation n'est cependant pas determinante pour la differenciation terminale. Lorsque la fusion est experimentalement bloquee, les myofilaments s'organisent en sarcomeres et les cellules repondent specifiquement a des stimulations electrique ou pharmacologique: des courants calciques dependants du potentiel peuvent etre actives, ainsi que des signaux calciques intracellulaires transitoires et une activite mecanique. Nous suggerons que la formation de syncitia et la differenciation terminale des cellules musculaires sont deux evenements paralleles et non sequentiellement couples. La desorganisation des microfilaments d'actine par traitement pharmacologique, bloque le processus de fusion sans affecter l'apparition des fonctions specifiques. Cependant, les donnees experimentales n'ont pas revele de role preponderant de ces structures dans le maintien de l'homeostasie calcique ni meme dans l'etablissement postfusionnel de la dystrophine sous-membranaire. Nous sugge rons que l'organisation du cytosquelette, determinante pour la morphologie et l'attachement des cellules a un substrat, n'est cependant pas cruciale au fonctionnement normal des cellules qui regulent correctement leur activite calcique interne. Des systemes dependants du calcium extracellulaire et intracellulaire regulent egalement le processus de fusion des myoblastes. Nous proposons, qu'une augmentation de l'activite calcique cytosolique intervient avant et pendant la formation des myotubes afin, soit de servir de signal inducteur, soit d'activer les effecteurs calcium-dependants impliques dans la fusion. Cette augmentation semble necessaire a la fusion. Nous suggerons qu'une partie de cette augmentation du calcium cytosolique puisse etre assuree par l'entree d'ions calcium par les canaux-recepteurs nicotiniques actives par l'acetylcholine. Les courants calciques transmembranaires dependants du potentiel et sensibles aux dihydropyridine ne sont pas impliques a ce stade. Nous proposons que lors des stades precoces de developpement, ces courants calciques potentiel-dependants participent a la charge initiale des reserves internes de calcium du reticulum sarcoplasmique. Ainsi, a des stades ou les reserves liberables par la cafeine et l'amplitude de la contraction sont tres faibles, l'entree repetee d'ions calcium transportes par les courants transmembranaires dependants du potentiel permet a la cellule de developper une contraction dont l'amplitude augmente graduellement. Enfin, l'etude du couplage diffusionnel entre myoblastes confluents, a permis de montrer que les processus de fusion semblent egalement controles par l'etablissement ulterieur de communications intercellulaires par des jonctions gap. La derniere partie propose un modele concernant les sequences de myogenese in vitro, ainsi que quelques perspectives de recherche

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([8], 237 p.)
  • Annexes : 672 réf. bibliogr

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Poitiers. Service commun de la documentation. Section Sciences, Techniques et Sport.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 95/POIT/2337
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.