Le probleme des representations mentales dans la recherche cognitive : formes, niveaux, modalites et traitement conscient

par Jean-Michel Fortis

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de François Rastier.

Soutenue en 1995

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette etude concerne les aspects epistemologiques de la theorie du codage symbolique de l'information (tcsi) par le cerveau. La question de la possibilite de naturaliser ou de reduire les etats mentaux est d'abord examinee. Nous examinons les arguments conduisant a poser que la validite des imputations intentionnelles est indeterminable ou n'est pas de l'ordre de la signification. Nous contestons l'idee d'une analogie entre etats fonctionnels d'une machine de turing et etats mentaux, et celle d'un niveau intermediaire computationnel entre le niveau intentionnel et le niveau neurophysiologique. Nous soulignons que ceux qui refusent d'identifier sens et representation mentale le font pour de mauvaises raisons. Nous nous tournons ensuite vers un sous-ensemble de la tcsi, que nous avons denomme propositionnalisme. L'origine de la notion de representation propositionnelle est decrite, et nous montrons que les theses suivantes du propositionnalisme ne sont pas fondees. Celles-ci posent que: (1) les propositions font partie d'un systeme pourvu de regles de formation et de derivation d'autres propositions qui est distinct du systeme linguistique (2) le sens des expressions linguistiques est equivalent a la representation mentale correlee a leur production ou a leur comprehension et a l'information vehiculee par elles (3) la representation mentale correlee est une structure propositionnelle (4) les representations sont des structures composees de symboles tenant lieu des entites du domaine modelise, et sur lesquelles operent les processus computationnels (une evaluation des modeles connexionnistes est presentee ici et en appendice i) (5) les informations dont l'image est porteuse ne sont extraites ni en vertu de la ressemblance de l'image a un percept (son isomorphisme), ni d'une maniere propre a un medium particulier de representation, mais sont representees par une structure propositionnelle (6) il existe des representations independantes d'une modalite sensorielle particuliere, ou des representations linguistiques qui interviennent dans le traitement semantique (7) les rapports entre modalites justifient l'existence d'une interlangue (le correlat de cette these dans la linguistique cognitive est que les formes d'apprehension du monde instituees par la langue sont constitutives de l'experience et peuvent etre derivees de et par ces structures) (8) au noyau representationnel des etats mentaux est associee une qualite ineffable et privee des sensations. Une theorie representationnelle de la conscience est ensuite avancee et la place des donnees phenomenales dans une theorie psychologique precisee. La dissociation reel/phenomenal est exploree sous l'angle de la temporalite des representations conscientes (appendice ii)


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 327 P.
  • Annexes : 451 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.