Contribution des eaux souterraines aux debits et a la qualite des eaux de surface : exemple de la garonne, de ses sources a la confluence du tarn

par Laurent Danneville

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de L. DEVER.

Soutenue en 1995

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La contribution des eaux souterraines aux debits et a la qualite des eaux de surface a rarement ete etudiee a une echelle regionale, telle que le bassin d'alimentation de la garonne, en amont de son confluent avec le tarn (15 000 km#2). Ce travail est organise en deux parties. La premiere partie est basee, essentiellement, sur l'analyse des hydrogrammes ; la deuxieme partie concerne l'hydrochimie, classique et isotopique, qui a necessite des campagnes mensuelles de prelevements. Les principaux reservoirs souterrains du bassin sont les aquiferes karstiques, les nappes alluviales, les formations colluviales et les petits aquiferes. L'apport des aquiferes karstiques au reseau de surface varie suivant la saison. Il depend de la nature du karst, de sa dynamique et de son altitude. Pour les nappes alluviales, les echanges qui sont d'ailleurs reduits, ont lieu en periode de crue. Enfin, cette these met en evidence l'existence de reservoirs souterrains, encore mal connus, qui ne fournissent pas de resurgence importante: les formations colluviales et les petits aquiferes. L'etude de la contribution des differents affluents montre que la garonne, qui a un debit moyen de 199 m#3/s, recoit, independamment de la saison, la plus grande part des apports entre la station de valentine et la station de portet, par le biais de la confluence de l'ariege et du salat. L'etude du tarissement, basee sur la formule de maillet, fournit une estimation des reserves souterraines de quelques affluents. Le role joue par ces reserves est mis en evidence par les acs (analyses correlatoires et spectrales). Ainsi, en 1985, les reserves les plus importantes sont presentes sur les bassins de l'ariege (142 millions de m#3), du salat (111 millions de m#3), et du ger (21 millions de m#3). Ce dernier possede les plus fortes reserves specifiques (224 l/m#2) et presente une regulation importante des apports qui proviennent de nombreuses sources karstiques. Les reserves souterraines du bassin de la garonne sont, quant a elles, comprises entre 2. 1 et 2. 9 milliard de m#3 en 1993. Elles representent le principal reservoir d'eau du bassin, precedant le reservoir neigeux, estime a 371 millions de m#3, les reserves a vocation energetique, et les reserves destinees au soutien d'etiage et a l'irrigation. La composante souterraine de l'ecoulement total de la garonne a portet, determinee a partir de l'extrapolation du tarissement sur l'hydrogramme residuel (hydrogramme sans l'influence des amenagements et sans l'ecoulement neigeux), est comprise entre 46% et 60% en 1993. Le ruissellement represente de 34% a 48% de l'ecoulement total. La composante neigeuse est estimee a 6%. Elle est determinee a partir d'une comparaison d'hydrogrammes sur un cycle hydrologique, en centrant et reduisant les donnees. En ce qui concerne l'hydrochimie, la mineralisation augmente d'amont en aval. Dans la partie en amont, la hausse est due a de deux affluents: le ger et l'ourse. Parmi les nombreuses variables chimiques, la pco#2 est caracteristique de l'importance des eaux souterraines. Enfin, l'evolution du chimisme de l'eau le long de la garonne est fortement marquee par la pollution, des l'aval de montrejeau. Au cours de l'etiage, les teneurs en #1#8o et en #2h montrent que la partie pyreneenne du bassin contribue le plus a l'ecoulement total. La contribution des eaux souterraines provenant de la nappe alluviale, en particulier dans la region de toulouse, est clairement demontree par l'evolution des teneurs en #1#3c tout le long du fleuve. Les teneurs en #3h correspondent, generalement bien, aux precipitations recentes. Elles indiquent un temps de sejour court sauf pour le bassin du ger dont les eaux possedent une plus faible teneur en #3h du fait de reserves importantes


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1997 par Éd. BRGM à Orléans

Contribution des eaux souterraines aux débits et à la qualité des eaux de surface : exemple de la Garonne, de ses sources à la confluence du Tarn


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 432 P.
  • Annexes : 140 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-012591
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1997 par Éd. BRGM à Orléans

Informations

  • Sous le titre : Contribution des eaux souterraines aux débits et à la qualité des eaux de surface : exemple de la Garonne, de ses sources à la confluence du Tarn
  • Dans la collection : Documents du BRGM , 262
  • Détails : 1 vol. (436 p.)
  • ISBN : 2-7159-0846-6
  • Annexes : Bibliogr. p. 325-336
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.