Absorption intestinale, cinetique plasmatique, distribution tissulaire et elimination urinaire de l'aluminium chez le rat a l'aide de l'al-26

par Philippe Jouhanneau

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de F. YIOU.

Soutenue en 1995

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    D'importantes difficultes d'analyse et de contamination proscrivent les etudes de l'absorption intestinale ainsi que la distribution de l'aluminium d'origine alimentaire, soit pour des quantites d'al inferieures au gramme chez l'homme. De meme, l'absence d'un traceur specifique de cet element a cruellement fait defaut pour mesurer des quantites traces absorbees au niveau gastro-intestinal. Le developpement de la technique ultra-sensible de spectrometrie de masse par accelerateur (sma) nous ouvre de nouvelles perspectives pour l'utilisation de l'isotope radioactif de longue periode (715000 ans): #2#6al. Suite a un gavage par 3,8 ng de cet isotope chez le rat, 0,036% de l'#2#6al ingere se retrouve excrete dans les urines (principalement dans les premieres 48 heures), et 0,025% est retenu dans les os (de facon permanente sur 30 jours). Par comparaison, d'autres organes, comme la rate, le rein, le foie et le cerveau ne retiennent que tres peu d'al (10#-#6 a 10#-#8). La fraction plasmatique maximale s'observe au plus tard 2 heures apres l'ingestion, mais elle ne correspond qu'a moins de 10% de la fraction absorbee (calculee sur la base des fractions urinaires et osseuses). Si les silicates alimentaires ne modifient pas ce coefficient d'absorption, une ingestion concomitante d'acide citrique l'augmente d'un facteur 6, sans modification significative de la distribution tissulaire et urinaire. D'une facon plus marquee, un jeune de 24 heures conduit a une augmentation de la fraction absorbee d'un facteur 15. L'utilisation conjointe de l'#2#6al et de sa mesure par sma, outre le fait d'eliminer tous les problemes poses par l'#2#7al, permettra surement de clarifier la biologie des teneurs traces d'al et de faire la lumiere sur son lien etiologique possible avec la maladie d'alzheimer


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 269 P.
  • Annexes : 295 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-012378
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.