Apport des marqueurs microsatellites pour l'etude de la variabilite genetique chez deux insectes sociaux, l'abeille domestique (apis mellifera l. ) et le bourdon (bombus terrestris latreille) : de la colonie a l'espece

par ARNAUD ESTOUP

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de M. SOLIGNAC.

Soutenue en 1995

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Une centaine de microsatellites du type (ct)#n et (gt)#n a ete isolee chez l'abeille domestique apis mellifera l. Et le bourdon bombus terrestris latreille. Leurs caracteristiques quantitatives et qualitatives sont similaires a celles mises en evidence chez de nombreux vertebres. Homoplasie de taille et modalites evolutives ont ete etudies par analyses moleculaires et iterations numeriques sur la categorie des microsatellites interrompus. Ces marqueurs ne semblent pas varier selon un modele smm a pas simple et montrent des deviations vers le modele iam, tout au moins vers un modele intermediaire du type kam. La prise en compte des caracteristiques stucturales des microsatellites semble necessaire pour mieux comprendre leurs modalites evolutives. Les microsatellites ont permis une dissection precise de la variabilite genetique des colonies d'abeilles et de bourdons. Sept a vingt lignees paternelles coexistent au sein d'une colonie d'abeille domestique et une seule chez les bourdons, a l'exception de b. Hypnorum chez qui certaines colonies sont polyandres. Chez l'abeille, les differents peres ne contribuent pas de maniere egale a la descendance mais la structure genetique de la colonie est conservee au cours du temps. Les ouvrieres des differentes fratries ont montre une propension inegale a essaimer, tandis que les larves destinees a etre elevees comme reine semblent etre choisies au hasard par les ouvrieres. Aucune differenciation genetique significative n'a ete mise en evidence entre les populations de b. Terrestris a l'echelle du continent europeen. Seules les populations insulaires mediterraneennes et atlantiques ont montre une forte differentiation genetique. Chez a. Mellifera, les analyses par microsatellites ont clairement confirme l'existence et la composition de trois rameaux evolutifs majeurs et montre une variabilite genetique significativement superieure dans les populations africaines par rapport aux populations europeennes. Les analyses phylogenetiques realisees a partir des genotypes individuels ont montre une bonne resolution pour les deux niveaux extremes: rameaux evolutifs et fratries


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 270 P.
  • Annexes : 300 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-012113
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.