Lire-écrire au CP/CE1 : le rôle de l'activité dans l'évolution des mobiles d'apprendre

par Jacques Bernardin

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Bernard Charlot.

Soutenue en 1995

à Paris 8 .


  • Résumé

    Tous les enfants ne donnent pas également sens à leur présence à l'école, à ce qu'ils apprennent, comme à la façon d'apprendre. Cette recherche s'intéresse à ceux dont les mobiles semblent flous voire non constitués, bien qu'il soit élaboré en grande partie depuis la socialisation familiale, leur rapport à l'école et au savoir peut-il être infléchi grâce à l'expérience scolaire ? Le suivi d'une classe sur deux ans (CP CE1) montre que cela est possible, si l'enseignant a le souci de clarté cognitive, multiplie les interactions entre dynamiques individuelle et collective, et donne une place centrale à l'activité. C'est surtout depuis cette dernière que s'opère la mobilisation, grâce aux réussites qui modifient l'image de soi. Si l'écrit joue un rôle spécifique dans le processus d'individuation (l'écriture démultipliant les possibilités de prise de conscience), l'ensemble des apprentissages participe au développement des mobiles. Savoir prend tout son sens quand il est vécu comme aventure humaine, dans les modalités d'appropriation en phase avec sa filiation historique. Cette approche (qualifiée d'anthropologique) a plusieurs caractéristiques : reconstitution du contexte problématique originel ; importance accordée à l'identification de l'impasse par les élèves ; interactions entre pairs ; usage du langage comme opérateur conceptuel ; prise de conscience du parallèle avec l'histoire humaine. L'activité d'apprentissage ainsi pensée peut aider au dépassement de la bipolarisation excluante entre le faire et le dire, entre la maîtrise pratique et la maîtrise symbolique, où se figent les différenciations scolaires sur fond d'inégalités sociales.

  • Titre traduit

    Reading and writing in elementary school : activity and evolution of learning motives


  • Résumé

    All children do not equally give sense to their school attendance, to the subjects they have to learn, as well as to the ways of learning. This research focuses on children whose motives appear to be unclear, weak or absent. The question is : can school experience change their relation to school and to knowledge, although this relation is mostly built from family socialization ? The observation of a group of pupils during the first two years of elementary school shows it is possible, on the condition that the teacher succeeds to involve pupils in relevant cognitive activity, to increase their cognitive awareness, and to promote interactions between individual and collective processes. Literacy is specifically important for the achievement of development (because it requires particular awareness of cognitive and subjective processes), but in fact, every knowledge acquisition takes part in the development of motives. Knowing really makes sense for a child when he feels it makes him share a part of human history, which means that the ways of learning are coherent with an historical filiation. This anthropological approach of learning can be defined as follows : the problematical context in which the concept was historically built up should be reconstituted, so that the pupils become aware of the parallelism with human history ; the identification, by the pupils, of the conceptual difficulty is considered most important, as well as peer-interactions ; language is considered and used as a conceptual operator. This approach is liable to overcome the dichotomy between "doing" and "talking", in which school differenciations and social inequalities are tied.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (586, 204 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 567-578

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : -
  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.