La semaine sainte d'Aragon : un roman du "passage"

par Patricia Richard-Principalli

Thèse de doctorat en Français

Sous la direction de Jean Levaillant.

Soutenue en 1995

à Paris 8 .


  • Résumé

    En 1968, aragon elabore une theorie sur la parenthese et le roman. La semaine sainte y apparait a l'origine d'une pratique qui deviendra systematique par la suite. Or la pratique parenthetique traduit le passage qui se fait chez aragon vers un discours et une ecriture differents. Les deux moteurs de la vie et de l'ecriture de l'auteur jusque-la, l'histoire et l'amour, s'approchent autrement. Ainsi l'histoire se caracterise par l'eternel retour, le double aspect des hommes et des evenements, malgre la lumiere vacillante d'un espoir qui essaie de se maintenir. De meme la relation amoureuse n'aboutit jamais. La femme reste l'etrangere, fondamentalement ambivalente et insaisissable, d'autant plus que le regard cristallisateur de l'homme la maintient a distance. Tous les personnages du roman sont donc affectes radicalement par la perte des reperes puisqu'ils en meurent. La mort apparait egalement dans la mise en scene fantasmatique de deux figures meurtrieres. Mais l'acte meurtrier reste suspendu, suspension symbolique: ces figures mettent en scene l'indicible, seule ressource contre la double incertitude de l'histoire et de l'amour. Ainsi la semaine sainte ne propose plus une vision univoque du monde, mais part a la recherche d'une realite "kaleisdoscopique". Le soleil sur lequel s'acheve le roman a donc valeur artistique. L'ecriture dont le questionnement est le seul recours contre la "contradiction humaine" devient un art du doute.


  • Résumé

    In 1968, aragon elaborates a theory about parenthesis and novel. La semaine sainte is part of it as the origin of a practice which will become systematic later. In fact the parenthesizing practice illustrates aragon's move towards a different discourse and a different style. He changes his approach towards the two driving forces of life and writing according to him, till then, history and love. Thus history is characterized by the eternal recurrence and the two sides of men and events, in spite of the flickering light of a hope which tries to persist. Likewise, the amorous relationship always fails. Woman remains the stranger, basically ambivalent and elusive, all the more since man's crystalling look keeps her at a distance. Consequently all the characters in the novel are radically affected by the loss of markers since it causes their death. Death also appears in the fantasizing build-up of two murderous figures. But the act of murder remains hanging, a symbolic suspension : these figures stage the inexpressible, the only resort left against the double incertainty of history and love. Thus, la semaine sainte does not suggest a univocal vision of the world but is searching a "kaleidoscopic" reality. So the sun, of the end of the novel, has an artistic value. Writing whose question is the only resort against "human contradiction" becomes an act of doubt.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 487 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.: f. 443-475

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : -
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.