Phosphorylation de la spectrine erythrocytaire humaine : heterogeneite des sites et des especes phosphoryles

par SOPHIE PEDRONI

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de M.-C. LECOMTE.

Soutenue en 1995

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La spectrine est le composant majeur du squelette membranaire de l'erythrocyte. Cette longue molecule flexible, ubiquitaire des membranes plasmiques, est composee de deux chaines alpha et beta associees cote-a-cote de facon anti-parallele. La spectrine erythroide est caracterisee par la dynamique de son site de tetramerisation qui implique les extremites n et c respectives des chaines alpha et beta, et par la specificite de l'extremite c de la chaine beta qui porte les sites de phosphorylation. Le nombre de phosphates, leurs localisations precises, les systemes kinasiques impliques, ainsi que le role de ces phosphorylations ne sont pas clairement definis. Les cartes peptidiques, obtenues apres clivage au ntcb de spectrine marquee in situ, montrent que l'extremite c de la chaine beta se resoud en six spots radioactifs de meme poids moleculaire et de points isoelectriques differents, correspondant au minimum a six sites de phosphorylation. La purification des chaines en uree trois molaire, revele la presence de cinquante pour cent de dimere non dissocie dont la chaine beta est tres phosphorylee. La modification de la phosphorylation in situ de la spectrine (depletion metabolique et hyperphosphorylation) ne modifie pas le taux de dissociation du dimere mais suggere la presence de deux populations de dimere dans la membrane, caracterisees par leur stabilite et leur taux de phosphorylation. L'etude de la phosphorylation de chaines beta deletees (observees dans les elliptocytoses hereditaires) ainsi que celle des peptides recombinants, permit de localiser deux sites de phosphorylation (serines 2057 et 2060) dans le site de tetramerisation, specifiques de la caseine-kinase de type un. Les analyses par spectrometrie de masse montrent: i) qu'il n'existe pas de spectrine non phosphorylee dans l'erythrocyte ; ii) que chaque spot defini par les cartes peptidiques est compose de peptides portant le meme nombre de phosphates mais sur des sites differents


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 188 P.
  • Annexes : 232 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1995
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.