Freud et l'homosexualité : de l'inversion à la métaphore

par Hubert Lisandre

Thèse de doctorat en Psychologie clinique

Sous la direction de Paul-Laurent Assoun.

Soutenue en 1995

à Paris 7 .


  • Résumé

    Notre thèse sera la suivante : l'homosexualité est interrogée par Freud comme la résurgence incessante de l'impératif du dire sous l'impératif œdipien. A ce titre, elle est coextensive à l'hypothèse de la pulsion de mort, et conduit à une relecture clinique de la question perverse, dans ses rapports avec la névrose, relecture dont "l'homosexuel (le)" ressort comme figure de l'idéal. " A considérer l'ensemble de l'œuvre freudienne, l'homosexualité ne s'y réduit ni à un destin œdipien, ni à une fixation narcissique; elle renvoie "au-delà du principe de plaisir", où la pulsion de mort instaure peu à peu le sujet dans son rapport au langage, à partir d'un mode de satisfaction spécifique apparu au stade anal : la "jouissance", enjeu du renoncement œdipien. Or, c'est ce même renoncement, illustré par le mythe "scientifique" de la horde primitive, qui constitue l'aboutissement du procès homosexuel, comme on le montrera à partir de la construction frégéenne de l'unité logique : l'homosexualité se constitue moins comme "refus" de l'altérite que comme mise en question de ce qui la fonde comme telle. Dans cette rencontre avec la problématique perverse s'éclaire le personnage de la mère phallique, fondatrice de la clinique homosexuelle. Un retour détaillé au procès œdipien amène alors à conclure que l'homosexualité s'oppose, non à l'hétérosexualité, mais au surmoi. L'analyse freudienne du mot d'esprit peut en être considérée comme le paradigme.

  • Titre traduit

    Freud and the homosexuality : from inversion to metaphor


  • Résumé

    Our thesis is : "homosexuality is questioned by Freud as an unending demand of saying opposite to the oedipian superego. It is therefore in relation to the death drive, and conducting to another reading of the neurosis perversion dialectic, where "homosexual identity" will appear as an ideal figure. " homosexuality in Freuds' works is actually neither an oedipian issue nor a narcissic fixation; it conducts to an "out of the pleasure principle", where the death drive is building progressively an access to the language. It appears with the freudian anal stage, as "passivity", which points out a specific mode of death drive's satisfaction, as "jouissance" (untranslatable). The oedipian process drives to a renouncement of that "jouissance", what is illustrated by the scientific myth of father's murder. But that renouncement is also the outcome of freudian homosexuality process, even after the end of the Oedipus complex. Homosexuality is therefore not a way to refuse otherness, but a way to question what is founding it as well: the same question that begs perversion, from the "phallic mother" figure. In conclusion, homosexuality in Freuds' works is not pointing out any psychological identity, but a death drive's process, whom freudian witticism's analysis can be considered as the paradigm.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (505 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 497-505

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TL (1995) 136

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 5070
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation et de l'Edition. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 15463
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.