Transport et devenir de polluants et micropolluants en Seine : rôle des matières en suspension et des sédiments dans les processus de transfert

par DONATIENNE OLLIVON

Thèse de doctorat en Sciences de la Terre. Hydrologie

Sous la direction de Ghislain de Marsily.

Soutenue en 1995

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'étude du transfert des polluants en Seine et du rôle de la phase solide (matières en suspension et sédiments) dans ce processus a été conduite sur le parcours le plus anthropisé de la rivière, en insistant sur le rôle décisif des techniques d'échantillonnage pour l'obtention de prélèvements représentatifs. Ces techniques doivent tenir compte des rythmes journaliers (observés en particulier à l'aval de la station d'Achères) et des délais d'homogénéisation des flux après une confluence ou un rejet. Si la pollution ammoniacale la plus évidente à l'aval d'Achères transite essentiellement en phase dissoute et ne diminue que très en aval par nitrification, les pollutions carbonée, azotée organique et phosphorée sont liées majoritairement à la phase particulaire. Les matières en suspension sont également le véhicule privilégié des métaux et des hydrocarbures aromatiques polycycliques. En régime de basses eaux, quelques kilomètres après un effluent polluant, on ne retrouve plus l'impact de celui-ci sur la qualité de la matière particulaire du fait de la rapide sédimentation de cette dernière, alors que la phase dissoute reste marquée sur des dizaines de kilomètres en aval. Mais le cycle sédimentation (en basses eaux) et remise en suspension (épisodes de crues) ainsi que les phénomènes d'échange à l'interface eau-sédiment entretiennent une source de pollution latente liée à la phase solide sédimentée. Indépendamment des variations du régime hydraulique de la rivière pour le transport de la pollution, des phénomènes saisonniers biologiques et biochimiques interviennent dans les processus de transfert. Les épisodes de blooms algaux, au printemps, modifient la composition de la charge particulaire favorisant l'élimination des métaux de la colonne d'eau, en particulier par élévation du ph. D'autre part en été, lorsque l'activité biologique est maximale, les relargages vers la colonne d'eau deviennent importants, tant pour l'azote ammoniacal que pour des métaux tels que Pb, Fe et Mn, ce qui conduit à un certain nettoyage du sédiment


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (259 p.)
  • Annexes : 313 réf. bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T Paris 6 1995 602
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1995
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1995

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 95 PA06 6602
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.