Analyse moleculaire du repertoire b peripherique dans l'infection par le virus de l'immunodeficience humaine

par DENIS DAVID

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de M. ZOUALI.

Soutenue en 1995

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'infection par le virus de l'immunodeficience humaine (vih), agent etiologique du syndrome de l'immunodeficience acquise (sida), se traduit notamment par des dysfonctionnements des lymphocytes b. Ils presentent ainsi plusieurs signes d'hyperactivation et dans le meme temps ils repondent faiblement a de nombreux stimuli mitogeniques ou antigeniques. Une des voies d'etude de la reponse humorale est l'analyse genetique des regions variables des immunoglobulines et des anticorps, ou repertoire b, rencontres dans cette infection. Dans un premier temps nous avons etudie le repertoire exprime par un groupe d'anticorps monoclonaux humains issus de patients seropositifs au vih et diriges contre diverses molecules de ce virus. Les caracteristiques des differents points de ces regions moleculaires, que sont l'expression recurrente de quelques genes v, la complexite des rearrangements v(d)j ou encore la presence et la repartition des mutations somatiques indiquant une selection par l'antigene, sont similaires a celles des autres repertoires, globaux ou diriges contre des agents infectieux, etudies a l'exception de l'expression des familles de genes v#h. En effet la famille v#h3 qui est normalement la premiere exprimee avec une immunoglobuline sur deux, a ici un niveau d'expression inferieur ou egal aux familles v#h1 et v#h4 respectivement alors que les familles de genes v#l ont une repartition attendue. Vu ces resultats nous avons etudie l'expression des familles v#h dans le repertoire total d'un groupe de patients seropositifs au vih, c'est-a-dire en ne se limitant plus aux anticorps diriges contre ce virus. L'expression de la famille v#h3 connait une diminution significative par rapport aux sujets controles chez les patients de la categorie clinique b, et plus encore pour ceux de la categorie c, et ce dans les trois isotypes analyses , et. Pour les patients de la categorie a une certaine augmentation de cette famille est notee dans les isotypes et. Ces variations selectives d'expression peuvent avoir pour origine la presence d'un superantigene pour les cellules b dans l'infection par le vih qui reconnaitrait les lymphocytes b exprimant un gene v#h3, naifs, actives ou memoire, et entrainerait alors une stimulation initiale de ces cellules suivie de leur elimination. Cette diminution d'expression de la famille v#h3 pourrait contribuer a l'etat d'immunodeficience caracteristique de cette pathologie


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 249 P.
  • Annexes : 571 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1995
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.