Paludisme experimental a plamodium yoelii. Analyses des populations cellulaires du compartiment extravasculaire hepatique

par Patrick Faure

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de D. MAZIER.

Soutenue en 1995

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le paludisme, touche en afrique sub-saharienne 200 millions d'individus annuellement et l'espece plasmodium falciparum est responsable de 2 millions de deces par an, essentiellement des enfants. Le stade hepatique, intermediaire privilegie entre les stades sporozoite et erythrocytaire, joue un role crucial dans la reponse immunitaire anti-malarique. Jusqu'a present, seules des etudes en histologie et en microscopie electronique avaient permis de mettre en evidence des infiltrats cellulaires au niveau des hepatocytes infectes et la presence de granulomes inflammatoires dans les foies d'animaux infectes ou proteges. Il nous a semble important d'isoler, de quantifier et de caracteriser sur les plans cytologique et phenotypique, les cellules du compartiment extravasculaire hepatique au cours de l'infection experimentale murine a plasmodium yoelii et apres differents types d'immunisations. Les cellules du compartiment extravasculaire hepatique sont des cellules lymphomyeloides, majoritairement des lymphocytes (cd4+, cd8+, cd3+cd4-cd8- et b). Trente heures apres une primo-infection avec des sporozoites vivants, des effecteurs potentiels sont deja presents au niveau du compartiment extravasculaire hepatique. Apres l'elimination des parasites sanguins, le parenchyme hepatique est toujours envahi par une population lymphocytaire importante. Enfin, la composition cellulaire dans ce compartiment hepatique est modulee par le type d'immunisation pratiquee. Les differents profils cellulaires qui y sont observes chez les souris protegees, pourraient etre autant de mecanismes immuns impliques dans la protection. Chez les souris protegees d'un challenge par des sporozoites infectieux, il est aussi observe une augmentation importante d'eosinophiles au niveau du parenchyme hepatique. De facon a mieux definir le role anti-plasmodial potentiel de telles cellules, des souris transgeniques (il-5) exprimant des taux d'eosinophiles peripheriques et tissulaires importants, ont ete utilisees. In vivo, les eosinophiles ne sont pas impliques dans la protection des souris transgeniques. Les cellules du compartiment extravasculaire hepatique sont potentiellement des effecteurs anti-plasmodiaux dont l'etude fonctionnelle, dans une perspective vaccinale, semble incontournable


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 200 P.
  • Annexes : 475 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 1995 86
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1995
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.