La mesure de la pression artérielle pulmonaire d'occlusion, comme moyen d'étude du lit vasculaire pulmonaire

par Jean-Louis Teboul

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Marc Zelter.

Soutenue en 1995

à Paris 5 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La complexité des modifications physiopathologiques du système vasculaire pulmonaire rend souvent nécessaire la mesure des pressions dans la circulation pulmonaire au cours d'affections cardiorespiratoires sévères. Le cathétérisme artériel pulmonaire permet entre autres, de mesurer la pression artérielle pulmonaire d'occlusion (PAPO) après gonflement du ballonnet distal. La mesure de la PAPO, qui est censée représenter la pression régnant dans les grosses veines pulmonaires, permet d'accéder à deux types d'informations : 1) une estimation de la pression de remplissage du ventricule gauche, 2) une appréciation de la pression mécanique de filtration pulmonaire. En fait, des problèmes de validité de mesures et de limites d'interprétations de la PAPo se posent en raison de la complexité de la circulation pulmonaire et ce, pour au moins deux motifs : 1) une distribution longitudinale particulière des résistances et des compliances vasculaires pulmonaires, 2) une distribution apicobasale des flux et des pressions intravasculaires pulmonaires liée à la gravité et à l'interférence directe du compartiment alvéolaire avec la circulation pulmonaire au niveau du réseau microvasculaire intraalvéolaire. Par la réalisation de sept études chez l'animal, nous avons tenté de répondre à deux questions : 1) la PAPO mesure-t-elle bien en toute circonstance la pression de remplissage du ventricule gauche ? 2) quelles sont les situations où la PAPO reflète médiocrement la pression microvasculaire pulmonaire, pression motrice de filtration pulmonaire ? Concernant la première question, nous avons cerné les limites de validité de la mesure de la PAPO au cours de la ventilation mécanique avec PEEP ou en présence d'hyperinflation pulmonaire dynamique. Après avoir analysé la réalité du problème chez des patients avec syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) ou avec d'autres types d'insuffisance respiratoire aiguë, nous avons mis au point et validé un procédé d'identification des situations où la PAPO ne représente plus la pression d'une veine pulmonaire, mais plutôt la pression alvéolaire. Nous avons également mis au point et validé un procédé simple permettant de s'affranchir de l'interférence de la pression intrathoracique avec la mesure de la PAPO dans les conditions de ventilation mécanique avec hauts niveaux de PEEP, c'est-à-dire permettant d'obtenir sans aucune manœuvre additionnelle une valeur transmurale de PAPO. Concernant la deuxième question, nous avons, en utilisant la méthode du cathéter artériel pulmonaire bloqué, montré qu'au cours de certaines pathologies humaines telles le SDRA, la PAPO reflétait médiocrement la pression microvasculaire pulmonaire en raison de l'existence d'une veinoconstriction pulmonaire marquée dans ces circonstances. D'autre part, nous avons montré chez la brebis que des agents catécholaminergétiques utilisés en clinique humaine pouvaient par eux-mêmes, induire un certain degré de veinoconstriction pulmonaire.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (113 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.