L'immuable, le changeant et l'imprevu- les economies de plantation bamileke et beti du cameroun confrontees aux chocs exterieurs

par Pierre Janin

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Joël Bonnemaison.

Soutenue en 1995

à Paris 4 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La crise recente des cultures d'exportation (cafe, cacao) a accelere les mutations en cours au sein des petites unites paysannes de production bamileke et beti : la majorite des planteurs ont adopte des strategies agricoles defensives, combinant diversification et recherche de marches captifs pour quelques specialisations. L'attentisme l'emportait donc entre 1988 et 1993 en attendant la reprise des cours. Neanmoins tres rares etaient les planteurs ayant choisi de delaisser leurs plantations pour d'autres cultures ou d'autres activites non-agricoles. La comparaison de deux vieilles economies de plantation en zone densifiee montre que la reproducitbilite de chaque systeme local de plantation est directement menacee par les politiques d'ajustement mises en oeuvre (desubventionnement des engrais, liquidation des organismes para-publics, suppression du prix d'achat minimum garanti au producteur). Elle sert egalement de cadre a une reflexion plus generale sur le role structurant et destructurant de la culture de rente sur les systemes agraires en place. C'est donc a une geographie des crises et des adaptations successives qu'il est possible de se livrer. Les changements introduits par les cultures d'exportation (monetarisation de l'economie, sedentaristion, emigration, scolarisation) ont-ils durablement destabilise ces deux societes? quelles sont les logiques fondamentales en oeuvre dans chaque espace regional : logique de preservation. De repli identitaire ou de changement et de transformation? repondre a une telle question revient a evaluer la flexibilite des systemes et leur capacite a gerer l'imprevu. Dans l'une comme dans l'autre region, ce sont les facteurs socio-culturels et non les evenements qui exercent un role veritablement determinant pour ne pas dire surdetermiant.


  • Résumé

    The recent cash crops's crisis tends to accelerate social and economical changes in bamileke's and beti's cocoa and coffee small-holdings : a large number of planters have adopted defensive behaviors such as agricultural diversification, look for more secure activities, or rentier investments. In 1993 hope for an economical recovery was still in the minds, in spite of financial and political problems. So that very few planters were willing to cut their cocoa or coffee trees. However, it seems clear that adjustment policies planned by the world and the imf have had some dramatic consequencies on farming systems : reorganization of parastatals societies, disappearance of financial subsidies, of the marketing boards, and of the "prix minimum garanti". Consequently, as regards to the macro-economical situation, one can wonder if export crops' economy will survive in the next few years. The changing role played by cocoa or coffee in modeling each precolonial and present society is also discussed. The new behaviors - or those which seem new - are closely related to the collective and permanent ways of thinking. Do these societies have the ability to face such a complex cirsis? are they enough flexible to improve social change?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3243
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.