La poésie camerounaise de langue française : évolution de l'écriture des origines à nos jours : essai d'analyse stylistique

par Patrice Kayo

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jeanne-Lydie Goré.

Soutenue en 1995

à Paris 4 .


  • Résumé

    Far from being static and monotonous, cameroonian poetry has profoundly changed in the course of the years. From 1920 to 1950, the poets were largely influenced by french classical and romantic authors. They used regular rythms and rime schemes, wrote alexandrine lines and sonnets, etc. Their favorite topics were love, dream, nature, solitude etc. But the following generation (1950-1960) reacted strongly against that writing style. They adopted a new style, that of the negritude movement : free verse, no regular rythms, no rime schemes, etc. But their ultimate goal was the liberation of the country as a whole. That is why the content of their works was mainly the fight against colonialism. After independence, the poets notice that both at the social and political lovels, nothing has really changed. Misery and oppression are more cruel than ever. Consequently most authors change their target. They forget about colonisation and start shooting at the new political masters, their own brothers. That subversive writing style leads to a fondamental renewal of the poetic language. About the future prospects of that poetry, we can say that subversion will continue to inspire the authors, as long as the government rules the country on the basis of oppression, dictatorship, the violation of liberties and other human rights, which creates or worsens social misery.


  • Résumé

    Loin d'etre statique et monotone, la poesie camerounaise a beaucoup evoluee au cours des decennies. Les premieres decennies (1920-1950) sont fortement marquees par l'ecriture de la servitude. Les poetes (pouka, atangana et jam afane) sont esclaves des modeles francais classiques. Cela se remarque tant au niveau de la langue qu'a celui des idees. Ils composent des vers reguliers (rythmes, rimes), les alexandrins, les sonets, etc. , et leurs poemes traitent des themes classico-romantiques : l'amour, la nature, la solitude, la fuite du temps, le reve, etc. Mais les poetes de la generation suivante (1950-1960) reagissent tres vivement contre cette ecriture mimetique. Ils optent pour le vers libre et la poesie militante. Leur langue se fait agressive. A l'instar de leur chef de file, francois sengat-kuo, ils developpent une poesie anticolonialiste apparentee a celle de la negritude, et leur objectif final est la liberation nationale. Apres l'independance, les poetes constatent avec amertume que la situation socio-politique n'a pas beaucoup change. La misere, et surtout l'oppression demeurent une realite quotidienne. Ils s'insurgent alors contre le regime en place en adoptant une poesie subversive, anti-gouvernementale. Sur le plan de l'ecriture, la subversion conduit a un renouvellement fondamental du discours poetique camerounais. Quant aux perspectives d'avenir, nous pouvons dire que l'ecriture de la subversion persistera, tant que le gouvernement appliquera une politique basee sur l'oppression, la dictature, la violation des libertes et autres droits de l'homme, toutes pratiques qui engendrent ou aggravent la misere sociale.

Consult en bibliothèque

La version de soutenance existe as a paper

Informations

  • Détails : 1 vol. (603 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 0575
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18241

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2947
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.