La question du lieu en poésie, du surréalisme à nos jours

par Christine Dupouy

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Marie-Claire Bancquart.

Soutenue en 1995

à Paris 4 .


  • Résumé

    The question of place is essential in poetry, for whom who wants to understand the passage from surrealism to the following generation. It is connected with heideggerian and therefore phenomenological problematics, wondering about our being-in-the-world, but also it is conveyed stylisticaly in texts, by interrogations. One is chosen by place, and its native quality is mostly symbolic. Place is not space, of which it constitues nothing but a point and to which it is opposed, as concrete to abstract, singular to general. However place is a center, from which the world emanates. All naturaly memory relies on the support of place, and in order to go back in time perhaps one just has to move a bit in space. Then comes the temptation of immemorial, which is linked with the sacred, but asks also the question of the denial of history : in such a case cannot place be reactionary? as to the problem of image, specific of surrealism, the writings of the poets of place is much more subtile than the peremptory assertions they might have done, and for them too it is important. Poetry of place hesitates between short forms like the haiku and a wider singing, which often uses a line of fourteen syllables and more: prose and poetry tend then to mix, as reflexion and description.


  • Résumé

    La question du lieu est essentielle, pour qui veut comprendre le passage du surrealisme a la poesie qui a suivi. Elle se rattache a une problematique heidegerienne et donc phenomenologique, s'interrogeant sur notre etre-au-monde, mais aussi elle se traduit stylistiquement dans les textes, sous forme d'interrogations. Par le lieu on est choisi, et sa qualite natale est surtout symbolique. Le lieu n'est pas l'espace, dont il ne constitue qu'un point et auquel il s'oppose, comme le concret a l'abstrait, le singulier au general. Cependant le lieu est un centre, d'ou emane le monde. Tout naturellement sur le lieu s'appuie la memoire, et pour remonter le temps peut-etre n'est-il besoin que de se deplacer un peu dans l'espace. Surgit alors la tentation de l'immemorial, qui touche au sacre, mais pose aussi la question du refus de l'histoire : a ce moment-la le lieu ne risque-t-il pas d'etre reactionnaire ? quant a la question de l'image, specificite du surrealisme, la pratique des poetes du lieu est beaucoup plus nuancee que les declarations qu'ils ont pu faire, et pour eux aussi elle joue un role important. La poesie du lieu hesite entre formes breves apparentees au haiku et un chant plus ample, qui utilise souvent un metre de quatorze syllabes et plus : prose et poesie tendent alors a se meler, comme reflexion et description.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (xv, 271 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 3147
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18202

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 2581
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.