L'institut internationa de coopération intellectuelles (1919-1940)

par Jean-Jacques Renoliet

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de René Girault.

Soutenue en 1995

à Paris 1 .


  • Résumé

    L'institut international de coopération intellectuelle (I. I. C. I. ), fondé à Paris en 1925, est avec la commission internationale de coopération intellectuelle (C. I. C. I. ) - constituée en 1922 - et les commissions nationales de coopération intellectuelle (formées à partir de 1923), le principal élément de l'organisation de coopération intellectuelle (O. C. I. ), un des organismes techniques de la S. D. N. La C. I. C. I. Et l'I. I. C. I. , tous deux crées a l'initiative de la France qui essaie ainsi d'étendre son influence culturelle et politique, ont pour mission de développer la coopération intellectuelle - en coordonnant les initiatives d'états, d'associations ou de particuliers - et de consolider l'action de la S. D. N. En faveur de la paix. Dirigé par le français Julien Luchaire de 1925 à 1930, l'I. I. C. I. , critique pour sa lourdeur bureaucratique et sa dispersion, manque de disparaitre a la faveur de la reforme opérée en 1930 sous la pression de l’Angleterre : sauvé par la France, il est alors profondément restructure. Sous la conduite du français Henri Bonnet de 1931 à 1940 (il est fermé après la défaite de la France), il devient plus efficace et, même s'il ne parvient pas à être totalement universel, est en passe d'obtenir des ressources régulières et une totale indépendance envers la S. D. N. Grâce à l'acte international concernant la coopération intellectuelle signé en 1938. Même si l’I. I. C. I. A une action assez élitiste et peu de résultats concrets, en raison d'un contexte politique et économique défavorable à la coopération internationale, de l'insuffisance de ses ressources et du faible soutien des états (notamment des grandes puissances, y compris de la France qui fournit cependant en moyenne 75% des recettes), il démontre néanmoins la nécessité d'un organisme favorisant la coopération intellectuelle et contribue ainsi à la création de l'U. N. E. S. C. O. Qui s'établit à Paris 1946.

  • Titre traduit

    The international institute for intellectual cooperation(1919-1940)


  • Résumé

    TThe international institute for intellectual cooperation (I. I. I. C. ) was founded in Paris in 1925. It was, along with the international commission for intellectual cooperation (I. C. I. C. ), which was established in 1922, the main component of the organization for intellectual cooperation (O. I. C. ), one of the technical bodies of the league of nations. The I. C. I. C. And the I. I. I. C. Were both created following France's initiative (with a view to extending its cultural and political influence) and were commissioned to develop intellectual cooperation and to consolidate the work of the league of nations in favor of peace. Under Julien Luchaire from France between 1925 and 1930, the I. I. I. C. Was criticized because of its bureaucracy and disjointed work and it almost disappeared owing to the 1930 reform pressurized by Great-Britain : it was then rescued by France but deeply transformed. Lead by Henri Bonnet from France between 1931 and 1940 (when it was closed down after the defeat of France), it became more efficient and, even if it failed at utter universality, it was on the way to obtaining regular resources and to achieving total independence from the league of nations thanks to the 1938 international act regarding intellectual cooperation. The I. I. I. C. Rather worked for an elite and had few concrete results for several reasons : the political and economic context hindered international cooperation, its resources were insufficient and it did not receive enough support from governments (especially from the great powers, including France although it provided 75% of its receipts). However, the I. I. I. C. Partook in creating the U. N. E. S. C. O. Which was to be established in Parisian 1946.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Publications de la Sorbonne à Paris

L'UNESCO oubliée : la Société des Nations et la coopération intellectuelle, 1919-1946


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1125 f.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Non disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 1799
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 4621
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 12715
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1999 par Publications de la Sorbonne à Paris

Informations

  • Sous le titre : L'UNESCO oubliée : la Société des Nations et la coopération intellectuelle, 1919-1946
  • Dans la collection : Publications de la Sorbonne , 59 , 0768-1984
  • Détails : 1 vol. (352 p.)
  • ISBN : 2-85944-384-3
  • Annexes : Bibliogr. p. [335]-337. Notes bibliogr.. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.