Glycodependance du transfert de macromolecules du cytosol au noyau

par Éric Duverger

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de M. MONSIGNY.

Soutenue en 1995

à Orléans .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Certaines proteines nucleaires sont des glycoproteines. La plupart des glycoproteines nucleaires connues sont impliquees dans les phenomenes transcriptionnels et dans le transport nucleocytoplasmique. Toutefois, le role exact de la glycosylation de ces proteines n'est pas connu. Une des hypotheses est que la glycosylation interviendrait dans la localisation nucleaire de ces proteines. Jusqu'a present, on ne connaissait qu'un seul mecanisme de transport d'une proteine du cytosol au noyau, celui qui depend de la presence d'un signal de localisation nucleaire de nature peptidique. Nous avons soumis a l'experience l'hypothese de l'existence de signaux de localisation nucleaire de nature osidique. Nous avons etudie la localisation intracellulaire de glycoproteines de synthese (neoglycoproteines) dans des cellules permeabilisees par electroporation d'une part et par la digitonine d'autre part. Dans des cellules electroporees, une proteine non-nucleaire telle que la serum albumine est transportee dans le noyau quand elle est substituee par des residus glucosyles, fucosyles ou mannosyles. La serum albumine elle-meme et la serum albumine substituee par des residus lactosyles ou 6-phosphomannosyles demeurent dans le cytosol, ce qui demontre l'existence d'une voie de transport nucleaire glycodependante. Dans des cellules permeabilisees par la digitonine, le transport nucleaire glycodependant presente en commun avec le transport nucleaire peptidodependant l'activation par l'atp et l'inhibition par la wga. Au contraire du transport nucleaire peptidodependant, le transport nucleaire glycodependant ne necessite pas la presence de facteurs cytosoliques sensibles au n-ethylmaleimide et n'est pas inhibe par un large exces de proteine substituee par des peptides de localisation nucleaire. La voie de transport nucleaire glycodependante est donc differente de la voie peptidodependante. Ce transport de glycoconjugues, du cytosol au noyau, pourrait impliquer des lectines agissant en tant que transporteur de type navette. Des lectines ont ete mises en evidence dans le noyau. Elles sont impliquees dans la maturation et le transport des arn messagers. Certaines lectines nucleaires pourraient etre transportees dans le cytosol avec les arn messagers. Le transport nucleaire des glycoconjugues pourrait prendre place lors du retour, de ces lectines, dans le noyau


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 149 P.
  • Annexes : 142 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.