Politique et société dans l'oeuvre de Léon Bloy

par Jean Souet

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Géraldi Leroy.

Soutenue en 1994

à Orléans .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Après une jeunesse de "communard d'avant la Commune", Bloy se convertit au catholigisme intransigeant sous l'égide de Barbey d'Aurevilly et des auteurs de la contre-révolution, notamment Blanc de Saint-Bonnet. Il gardera, après sa participation à la guerre de 70, la mentalité d'un ancien combattant farouchement patriote. D'abord attiré par le légitimisme, puis par le conservatisme, il les renie et rejette toute politique, prônant avec véhémence la théocratie absolue. Cependant, pour catégorique qu'apparisse la position bloyenne - ou plutôt sa non-position politique -, cela ne va pas sans ambiguïtés. Le discours bloyen, comme celui de Charles Péguy, est écartelé entre des tendances antagonistes : rejet de la monarchie humaine mais fascination pour la monarchie mythifiée du Moyen-Age ou Napoléon; exigence d'ordre pour le peuple mais anarchisme pour soi; discours antirépublicain et extrême droitier traversé de résurgences volcaniques du "Babouvisme" de jeunesse; réfutation de Drumont et des antisémites mais réexploitation des stéréotypes antisémites. Au fond, les écrits bloyens systématisent un double discours, au bord de l'indécidable, mais montrent une préférence pour un ordre aristocratique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.