Interactions physico-chimiques des eaux de la nappe cotiere du trarza (mauritanie) a idini et le long du littoral sud

par BAKARI MOHAMED SEMEGA

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de R. CARUBA.

Soutenue en 1995

à Nice .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette etude illustre une approche physico-chimique d'investigations afin de comprendre les correlations entre caracteristiques intrinseques des eaux et les relations entre les eaux et les facteurs d'influences immediates. A travers cette etude, l'accent est mis sur la differenciation des profils des eaux de la nappe cotiere du trarza (a idini et le long du littoral sud) en facies hydrochimiques en relation avec la mineralisation, les proprietes physico-chimiques et les evolutions spatio-temporelles de ces caracteristiques. L'impact des influences continentale et/ou marine sur ces eaux est mis en evidence. A idini, zone situee a 65 km de la mer et a 5 km environ a l'est de la frange cotiere salee, les eaux presentent une empreinte continentale. Cette derniere se traduit, a travers un facies relativement melange, par une association de caracteres chlorures et sodiques legerement predominants a des caracteres sulfates et calciques marques. L'origine de ces derniers semble liee a la nature geologique de l'encaissant, en particulier au gypse. Cependant, les eaux montrent egalement a travers le comportement de quelques elements chimiques (sodium, potassium et surtout bromures) une caracteristique marine. Les evolutions dans le temps des proprietes se caracterisent actuellement par une quasi-stabilisation de la mineralisation et par une sulfatation accompagnee d'une decarbonatation qui sont susceptibles a certains stades, d'entrainer l'amorce de phenomenes de la salinisation des eaux. Les proprietes isotopiques identifient l'evaporation comme un des processus de concentration des ions, l'appartenance des eaux d'idini a la meme famille que celles de la moyenne vallee du fleuve senegal et une origine d'eaux anciennes (probablement de la derniere episode pluvieuse de l'holocene). Dans le littoral, entre tiguent et rosso, zone hypothetique du contact eau douce-eau salee (front sale), a une vingtaine de kilometres a l'est de l'ocean, un caractere marin appreciable est represente par des eaux faiblement melangees a dominante exclusivement chloruree et un caractere continental par des concentrations voisines en sodium et en calcium. La concentration relativement importante en calcium marque l'influence de l'encaissant et en particulier des sebkhas. De ce fait, la continentalite des eaux est liee a leurs teneurs en calcium et aussi en fluorures. Par contre, le comportement du magnesium, du potassium et des sulfates reflete un caractere a la fois continental et marin alors que celui du sodium et des bromures indique une caracteristique marine. Le developpement de la mineralisation des eaux dans cette nappe cotiere, correlativement a leur composition en anions, s'effectue suivant une evolution qui met en jeu progressivement le passage de stades d'eaux douces plus bicarbonatees, aux eaux intermediaires plus sulfatees puis aux eaux mineralisees plus chlorurees. La qualite chimique est influencee par la relative proximite de la mer. Les eaux littorales sont, de ce fait, alterees par un apport important de chlorures. La nappe du trarza, essentiellement fossile, est directement en contact avec les infiltrations marines. Elle se serait formee pendant le pliocene. Actuellement, bien qu'elle est largement exploitee a idini, les consequences d'un deplacement appreciable du front sale vers l'est n'a pas ete mis en evidence par cette etude


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 232 P.
  • Annexes : 95 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.