Caracterisation du genome plastidial chez les vegetaux superieurs hemiparasites

par NATHALIE RUSSO-SOREL

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de P. THALOUARN.

Soutenue en 1995

à Nantes .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le genome plastidial des vegetaux superieurs holoparasites etudies a ce jour presente une reduction en taille mais egalement dans le contenu genique compare aux genomes plastidiaux des plantes autotrophes. Il nous a donc semble interessant de rechercher de tels phenomenes chez les hemiparasites, plantes parasites mais encore photosynthetiques. Nous avons etudie trois hemiparasites, deux scrophulariacees, striga hermonthica et striga gesnerioides, et une santalacee, thesium humile, pour comparer leur genome plastidial avec une autotrophe, nicotiana tabacum, et des holoparasites, lathraea clandestina et orobanche hederae. Des sondes heterologues correspondant au genome plastidial du tabac ont ete utilisees pour etablir le degre de conservation de leur adn plastidial. Ils n'ont pas subi de grandes deletions puisque leur taille represente plus des deux-tiers du genome plastidial de tabac. Les quelques deletions ont eu lieu principalement dans les regions a copie unique (lsc et ssc) ainsi que dans les regions a la jonction entre la lsc et la region repetee inversee. Plusieurs genes appartenant au systeme photosynthetique (rbcl, psaa, psab, psba, psbdc, atpbe) ont ete recherches par southern-blot et amplifies par pcr chez les trois hemiparasites. Ils ont la meme taille que ceux du tabac bien qu'ils presentent quelques polymorphismes de restriction. Nous avons egalement etudie l'expression du gene rbcl qui presente un faible degre de conservation et celle du gene psba qui est bien conserve chez ces hemiparasites. A la difference des holoparasites, le gene psba parait plus exprime que le gene rbcl, ce qui serait en accord avec leur degre de conservation respectifs. D'autres genes appartenant au systeme genetique plastidial (rps7, rpl20, rpoa, rpob) ont ete obtenus en pcr. Les genes rps et rpl codant pour des proteines ribosomiques sont mieux conserves que les genes rpo codant pour des sous-unites de l'arn polymerase plastidiale. Les experiences de southern-blot ont montre que rpoa avait probablement change de localisation dans l'adn plastidial des hemiparasites etudies. Quant au gene rpob des striga, il est impossible a obtenir en pcr dans son integrite alors que nos experiences de sequencage ont montre qu'il presente une forte homologie avec celui du tabac, notamment dans la region codante 5'. Bien que les genes rpo soient conserves, leur modification sous l'effet du parasitisme n'est pas a exclure. D'ailleurs, leur expression n'a pu etre mise en evidence. La necessite d'importer d'autres sous-unites de l'arn polymerase a partir du cytoplasme pour exprimer tous les genes photosynthetiques qui sont maintenus dans le genome plastidial est suggeree


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 211 P.
  • Annexes : 206 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 95 NANT 2075
  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 95 NANT 2075
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.