Influence de la vitesse de croissance musculaire post-natale du dindon sur les potentialites de developpement des cellules satellites role des hormones thyroidiennes

par CATHERINE MAGRAS-RESCH RESCH

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de J. FONTAINE-PERUS.

Soutenue en 1995

à Nantes .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'existence chez le dindon meleagris gallopavo de souches lourde et legere constitue un modele interessant pour la comprehension des mecanismes contribuant a la croissance musculaire post-natale dans lesquels la cellule satellite joue un role determinant. Le developpement post-natal des muscles, rapide pectoralis major, lent anterior latissimus dorsi et mixte iliotibialis cranialis des dindons des deux souches est d'abord etudie. Puis les capacites de multiplication et de differenciation des cellules satellites isolees a partir du pectoralis major, de l'anterior latissimus dorsi sont analysees en culture in vitro. Apres une etude comparative du taux plasmatique en hormones thyroidiennes des dindons, leur influence sur les potentialites de developpement des cellules satellites est envisagee. Deux marqueurs phenotypiques, les chaines lourdes de la myosine et la desmine, ont ete utilises pour l'identification et la caracterisation des cellules differenciees. Chez les dindons lourds la croissance musculaire resulte a la fois d'une hypertrophie (augmentation du diametre des fibres) et d'une hyperplasie (augmentation du nombre de fibres) se produisant entre la deuxieme et la cinquieme semaine de vie dans les trois muscles etudies. L'hyperplasie, illustree par la presence de fibres musculaires de petit diametre exprimant une isomyosine embryonnaire, n'est jamais observee chez le dindon leger. Alors que les capacites de proliferation des cellules satellites des dindons lourds sont plus importantes que celles des dindons legers, leur nombre et leurs potentialites myogeniques sont tout a fait comparables. In vivo l'hypothyroidisme experimental stimule dans les deux souches l'apparition de petites fibres. In vitro les hormones thyroidiennes n'ont pas d'effet mitogene sur les cellules satellites alors que le plasma de dindon stimule tres fortement leur proliferation. Ces resultats suggerent l'existence chez le dindon en croissance d'une regulation humorale de la proliferation des cellules satellites faisant intervenir l'influence des hormones thyroidiennes mais aussi de facteurs plasmatiques et/ou paracrines


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 VOL.,113 P.
  • Annexes : 246 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.