Étude expérimentale du rôle des champignons rhizosphériques dans l'acidification du sol et le jaunissement de l'épicéa commun (Picea abies (L. ) Karst. ) dans les Vosges

par Olivier Devêvre

Thèse de doctorat en Biologie forestière

Sous la direction de Jean Garbaye.

Soutenue en 1995

à Nancy 1 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'état des connaissances au début de la thèse (Estivalet et al. , 1990 ; Devêvre, 1990 ; Devêvre et al. , 1993a), était le suivant : une microflore délétère rhizosphérique accompagne le jaunissement de l'épicéa, la microflore délétère semble inféodée aux sols les plus acides, la microflore délétère est composée de champignons vivant autour des racines, un amendement calci-magnésien enraye le jaunissement de l'épicéa, le même amendement supprime la composante délétère de la microflore du sol. La finalité de ce travail de thèse était d'apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : quels sont les champignons responsables de l'effet délétère? Quelle est l'écologie de ces champignons de la rhizopshère? Quel est leur effet sur les arbres? Quel serait leur effet sur les sols? Les nouveaux avérés par l'expérimentation sont : la présence de champignons délétères est liée au caractère acide des sols ; ces champignons délétères sont acidophiles et tolérants à l'aluminium ; les filtrats de culture de ces champignons induisent une très nette réduction de croissance des semis d'épicéa ; ces champignons délétères associés aux sols acides produisent dans la rhizosphère de l'épicéa, des acides organiques fortement complexants de l'aluminium, mais aussi du calcium et du magnésium ; ces acides organiques complexants (les acides oxalique, citrique, gluconique et malique), en particulier l'acide oxalique, affectent la nutrition minérale des épicéas ; l'acidification artificielle d'un sol n'induisant pas le jaunissement de l'épicéa, en bouleverse la garniture ionique ; cette acidification aurait également sélectionné une mycoflore délétère qui participe à son tour à l'acidification et à l'appauvrissement en bases (CA#2#+, MG#2#+) de l'environnment racinaire, par la production d'acides organiques complexants ; ce sol artificiellement acidifié induit le jaunissement qui s'accompagne d'une faible croissance des épicéas.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (223 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 173-189 (414 références)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque de botanique.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : CRYP M 2221
  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.