La violence dans le theatre et les romans de jean-paul sartre

par KWANG BA BYUN

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Robert Bessède.

Soutenue en 1995

à Montpellier 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Un des reves de l'homme est de reconstruire l'utopie ou il est, avec les autres, libre, egal et humain et ou il communique parfaitement avec eux. Mais le monde actuel est infernal. La violence est, autres, un element qui rend impossible la construction de l'utopie. La violence est le mal a detruire. Pour l'exterminer, on recourt a une autre violence. Comme le mot grec pharmakon, la fonction de la violence est double : maligne et curative. L'idee de la violence liberatrice est sous-jacente dans la revolution. Le groupe en fusion de sartre est un exemple. Mais le risque d'une escalade infinie a la violence existe toujours. Nul bien sans mal. D'ou la necessite de concevoir un autre remede a partir des moyens moins violents. Sartre fait appel a la force destructrice de l'acte d'ecrire. La violence et l'acte d'ecrire sont complementaires dans la lutte contre la violence. La carriere de sartre est marquee par cette concurrence complementaire. Malgre sa reconnaissance de l'efficacite de la contre-violence, il preconise jusqu'au bout l'acte d'ecrire dans sa lutte contre la violence. L'origine et la definition de la violence, les visages des violences qui figurent dans l'univers litteraire de sartre, son alternative a la violence : voila les questions auxquelles nous avons tente de repondre dans notre eture. Ce laisant, nous avons essaye de mettre en valeur un modele de l'ethique communicationnelle. Pour cela, nous avons porte notre interet a la periode que sartre a passee a la rochelle. . .


  • Résumé

    Man hopes to reconstruct a utopia where he is, with others, free, equal and humane and where he communicates perfectly with them. But the actual world is terrifying. Violence particulary is an element which makes it impossible to build a utopia. Violence is in itself the destructire force. To eradicate it, one looks for another kinf of violence. Like the greek word pharmakon, the function of violence is two-fold : evil and curative. The idea of a liberating violence is within the revolution. The 'groupe en fusion' of sartre is an example. But the risk of an infinite escalation of violence always exists. There is no good without evil. It is necessary to think about another remedy using less violent ways. Sartre emphasizes on the destructive force of his writing. Violence and the action of writing are complementary to fight against violence. Sartre's career is marked by this complementary rivalry. In spite of his knowledge of the efficiency of contre -violence, he ultimately chooses the action of writing in his struggle against violence. The origin and definition of violence, the faces of violence which are present in sartre's literary universe, his alternative to violence: these are the questions which we try to answer in our study. As a result, we represented a modele de l'ethique communicationnelle. For that, we concentrated. . .

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.