"comme son nom l'indique. . . " nomination et production de sens

par Paul Siblot

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Pierre Dumont.

Soutenue en 1995

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Le nom est l'objet d'une reflexion ou les interrogations linguistiques sur le langage rencontrent celles, d'ordre philosophique, sur les rapports de la pensee au monde. Envisager la denomination, autrement dit le proces de la production nominale de sens en place de ses seuls effets, requiert de deconstruire la problematique heri les recurrences observables dans le texte biblique, dans ceux de l'antiquite grecque ou plus largement de la pensee mythique, autorisent a parler d'un archetype du nom, dont l'emprise continue de s'exercer sur nos representations spontanees ou nos comprehensions metalinguistiques. Selon cette doxa, le "propre du nom" consiste a enoncer "ce qui est" : definition traditionnelle du substantif en grammaire. Ce statut ontologique entraine a deux interpretations essentialisantes de l'objet, designe "en soi"; pour l'une, immanentiste, le nom dit la substance, pour l'autre, transcendantale, l'essence meme. La proscription de toute question sur l'origine des langues inscrite dans l'acte de fondation de la societe de linguistique de paris, puis le principe de l'arbitraire du signe, reconduisent cette ideologi plans institutionnel et theorique. Or les analyses du nom, en semantique lexicale ou discrusive, imposent de recourir au reel. La notion de praxeme, en tant qu'"outil de la nomination", prend appui sur une problematique anthropologique et sur sa composante materialiste. Elle pose que la designation de l'objet est en fait une representation du rapport a l'ob le deplacement apparait fondamental en ce qu'il conduit a reconnaitre, dans le non lui-meme, une expression des praxis sociales ou idiosyncrasiques, des projections du sujet et du dialogisme de ses relations aux autres. Il conduit egalemen reconsiderer la distribution denotation connotation et a admettre la presence dans le nom de constituants du sens mal pr en compte jusqu'a present : des associations d'idees ouvertes a l'imaginaire dont certaines, plus ou moins stereotypees, participent de la langue; l'ancrage au reel, qui ne depend plus des seuls actualisateurs, mais se trouve realise dans un premier stade de la topothese, un "critere de lealite", ou le sens au lieu d'etre oppose a la reference lui est dialecti lie.

  • Titre traduit

    "as the name-noun indicates. . . " nomination and production of meaning


  • Résumé

    Since ancient times, the name-noun has been a focal point for discussion, where linguistic qqueries on language meet philosophical ones, concrned with the relation between through and world. Envisaging nomination, and not denomination, i. E. The process of nominal production of meaning instead of its mere effects, requires deconstructing the inherited position. The recurrences which appear in the bible, in ancient greeks texts, or more generally within mythica throught, allow one to propose an archetype of the name-noun, which continues to influence our spontaneous representations or our metalinguistical understanding. According to this doxa, the "distinctive feature of the name-noum consists of enunciating "what is" : a traditional definition of the substantive in grammar books. This ontological statu leads to two essentializing interpretations of the object, designated en soi; in the first (immanentist) interpretation noun indicates the substance, and in the second (transcendental), the essence itself. The prohibition of all questions t with the origin of languages, mentioned in the founding act of the societe de linguistique de paris, followed by the principle of the arbitrary of the sign, renew this ideology both from institutional and theoretical points of view. However, analysing the name-noun in lexical or discrusive semantics, obliges one to take the real into account. The notion of a praweme as a "nomination tool", is based on an anthropological position and its materialistic component. The praxeme states that the designation of the object is in fact a representation of the relation with the object. This move seems fundamental in that it leads to the recognition of an expression of social or idiosyncratic praxis, of projections of the subject and of the dialogism of its relations to others, within the name-noun itself. It aslo means reconsidering the denotation connotation distribution and accepting the presence of constituents of meaning within the name-noun, an aspect which was insufficiently analysed until now : associations of ideas open to the imaginary, some

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences humaines (Montpellier).
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paul-Valéry. Bibliothèque du laboratoire DIPRALANG.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T SIB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1995MON30048
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.