Precipitations et ecoulement dans le bassin versant de la moulouya (maroc)

par MOHAMED N'GADI

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Lucette Davy.

Soutenue en 1995

à Montpellier 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les sommets moyen et haut atlasiques alimentent l'oued moulouya. Ils constituent en meme temps un important facteur d'abri entrainant une secheresse plus accentuee que dans les bassins versants occidentaux du moyen et du haut atlas. La pluviometrie moyenne annuelle ne depasse pas 200 mm dans la grande partie du bassin et 400 mm dans les plaines mediterraneennes. Ces valeurs ne sont pas regulieres toutes les annees et subissent une tres grande variabilite interannuelle. A ce fait s'ajoute une repartition inegale de la pluviometrie sur l'annee. En realite, la periodicite de la pluie et son rythme saisonnier sont tres aleatoires. Les precipitations se concentrent en des episodes pluvieux tres courts qui n'excedent 4 jours que tres rarement. Par ailleurs, les annees pluvieuses se constituent souvent de quelques averses dont le volume est enorme. Au phenomene de la concentration journaliere et episodique de la pluviometrie se substituent de longues saisons seches. Les elements du milieu naturel ne reduisent pas les effets catastrophiques de la secheresse prolongee d'une part et de la concentration aigue de la pluie d'autre part. Les surfaces sont presque impermeables dans leur totalite et la couverture vegetale se degrade a la fois par la secheresse et par le ruissellement sauvage. Ces faits interdisent la reconstitution des reservoirs et declenchent d'importants debits liquide et solide. La neige stockee en hiver sur les sommets contribue avec la pluie printaniere a l'abondance du printemps hydrologique (mars-juin) et confere a l'oued principal comme a ces affluents de nombreuses et de puissantes crues. Celles-ci augmentent souvent de debit en aval en raison de l'accroissement des pluies en direction de la mediterranee et de l'apparition des principaux affluents en aval. Les etiages sont aussi caracteristiques que le phenomene de crue. Le tarissement est systematique pendant tous les etes. Pendant les annees seches tous les oueds se confrontent a l'assechement total. Ce fut le cas en 1983-84 ou tout le troncon de la moulouya des sources jusqu'au bassin inferieur a ete sec pendant des periodes allant de quelques jours a 70 jours selon les troncons.

  • Titre traduit

    Moulouya's basin : precipation and flow


  • Résumé

    Eventhough they supply moulouya's wadi, mountain summits of the mid and high atlas bereaves the wadi of the atlantic moisture. So that the more we move away from the mid and high atlas summits downward the wadi, the more the wadi dries. In effect, the average yearly pluviometry does not exceed, in fact, 200mm in the major parts of the basin and 400mm near the mediterranean plains. From another standpoint, not only was pluviometry irregular all these past years, but it was variable within the same year. Thus, because of the aleatory seasonal rain periodicity, precipitation was abundant only during a short rainy period : not more than four days. And, whenever a year is marked by the rains, it was due, so to speak, to heavy showers. The effects of the long dried periods which, by and large, follow condensed daily and or episodic rains, are not lessened by natural milieu elements. This is why the impermeable surfaces of the region--of moulouya--along with the vegetable areas are continuously deteriorated both by drought and by heavy run-iff ; which drought and heavy run-off hinder water butt reconstructions and lead to fluid and solid land output. Nevertheless, an abundant hydrological spring (from march to june), maintained by spring rain and stocks of snow which remain from the previous winter in the summits, create a number of huge crues to the wadi and to its tributaries. As we have said before, these crues become important downwards the mediterranean because of the high pluviometry and the apparition of the wadi's principal tributaries. If the region of moulouya receives no overflows during a certain period, the etiages, which recur systematically every summer, affect seriously, instead, the wadi. For instance, in the year of 1983-84, and after a long drought, nearly all the sherriffean kingdom wadis knew a serious low water. This was the case particularly with moulouya wadi : from its spring to the inferior basin, the wadi was in a complete drainage which lasted seventy days.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Accessible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1995MON30031
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.