Le numeral dans la phraseologie des langues romanes. Emplois, significations et mecanismes semantico-symboliques

par EUGENIA-MIRA TANASE

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de PAUL FABRE.

Soutenue en 1995

à Montpellier 3 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Dans ses emplois phraseologiques, le numeral developpe une serie de valeurs connotatives qui l'eloignent de sa fonction premiere, celle d'expression linguistique de la quantite discontinue. Les contextes lexicalises, au comportement semantique unitaire et figure, conferent au numeral des nuances differentes, souvent contraires 'hyperbole et litote, melioration et pejoration, addition et opposition, etc. ) en fonction de l'image sous-tendue. Certains numeraux (deux, trois, quatre, dix, quinze) cumulent une bonne partie de ces nuances, d'autres (zero, cinq, trente-six, quarante, cent, mille) se specialisent dans une palette de nuances et de sens litteraux plus restreinte. Quelques-unes des occurences phraseologiques du numeral renvoient a des sources litteraires ou historiques bien connues, a la mythologie, a la religion ou aux croyances populaires, la comparaison entre les correspondants locutionnaires dans plusieurs langues romanes revele les points communs (similarite de l'experience extra-linguistique ou circulation des expressions), ainsi que les creations originales et quelques influences exterieures au domaine roman, specifiques a chacun des lexiques.


  • Résumé

    The number develops various connotational values when used in idiomatic structures. Stable lexical comibnations may confer it different contrary significations (such as "hyperbole" and "litotes", "amelior ation" and "pejoration", "summation" and "opposition", etc. ) according to the subjacent image where it appears. Some numbers (two, four, ten, fifteen) gather most of the recorded idiomatic values, while some others (zero, five, thirty-six, forty, one hundred, one thousand) specialize their meaning and always work the same semantic mechanisms. Part of the idiomatic occurences of the number come out from literary and historical sources, mythology, relion and folk believes. Comparing idiomatic correspondences throughout the roman languages sets up the common points (similar cognitive experien ce ou interlingual borrowings), as well as the original structures and influences - external to the roman area specific to each of them.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.