Deux filaires du genre Litomosoïdes chez la souris blanche : régulation du développement

par Pierre Maréchal

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Odile Bain.

Soutenue en 1995

à Paris, Muséum national d'histoire naturelle .

Le jury était composé de Isabelle Oswald, Geneviève Milon, G. Petit.

Les rapporteurs étaient Jean-Charles Gantier, D. Wayne Taylor.

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Un modèle filarien chez la souris blanche est utile pour comprendre les pathologies filariennes car l'immunologie et la génétique de cet hôte sont beaucoup mieux connues que celles des autres mammifères utilisés en laboratoire. Il devient donc possible d'étudier à la fois les données parasitologiques, génétiques et immunologiques. D'un point de vue parasitologique, l'aptitude de deux filaires animales du genre litomosoides à se développer chez les souris (balb/c) est estimée en comparant les migrations larvaires, les rendements en filaires, les microfilarémies, les tailles des parasites, une dose plus ou moins élevée de larves est inoculée et les premières autopsies sont pratiquées dès le deuxième jour, les dernières deux mois plus tard. Bien que ces deux espèces, l. Sigmodontis et l. Galizai, soient proches, comme le montrent les analyses morphologique et iso-enzymatique, seule l. Sigmodontis arrive à maturité et produit des microfilaires sanguines. Les facteurs métaboliques paraissent ne jouer qu'un rôle très secondaire puisqu'un traitement par la cortisone lève totalement la résistance. Toutes les souches de souris n'ont pas la même réceptivité a l. Sigmodontis ; elle dépend du fond génétique et, dans une moindre mesure, du complexe majeur d'histocompatibilité. Chez les souris b10d2, d'haplotype h-2#d comme les souris BALB/c, le développement avorte quand les filaires sont de jeunes adultes et aucune souris ne devient microfilarienne. La réponse immunitaire a l. Sigmodontis differe chez les deux souches de souris. Les anticorps, particulièrement les IgM, apparaissent plus vite et les antigènes filariens sont plus rapidement reconnus chez les souris b10d2 résistantes. Mais la réponse de type th1 (ifng et il-2), qui active les défenses cellulaires, n'est pas plus importante chez cette souche. La réponse de type th2 (il-4, il-5 et il-10) est, par contre, beaucoup plus forte chez les souris BALB/c sensibles

  • Titre traduit

    Two filariae of the genus litomosoides, regulation of the development


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (89 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 135 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 1995 -- 18
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.