Mise en évidence et caractérisation d'une conductance proton et son rôle dans la sensibilisation de la libération de calcium par le réticulum endoplasmique dans l'ovocyte de rana esculenta

par Sandrine Humez

Thèse de doctorat en Physiologie cellulaire

Sous la direction de Pierre Guilbault.

Soutenue le 11-11-2026

à Lille 1 .


  • Résumé

    L'ensemble de ce travail a permis, grâce à l'utilisation de la technique de potentiel imposé, de mettre en évidence puis de caractériser, dans l'ovocyte immature de Rana esculenta, une conductance voltage-dépendante sélective aux protons d'une part et de mettre en relation l'alcalinisation que l'activation de cette conductance proton entraîne avec la libération de Ca2+ du réticulum endoplasmique d'autre part. Dans un premier temps, deux conductances ioniques, activées par les dépolarisations sont mises en évidence. La première est une conductance potassique, activée pour un potentiel membranaire au moins égal à -50mV ; elle ne présente pas d'inactivation et est bloquée par les ions tétraéthylammonium (TEA+). La seconde est une conductance sélective aux protons. Sa caractérisation électrophysiologique est effectuée en présence de TEA+ (10nM) et de caféine (10mN) afin d'inhiber respectivement les conductances potassique et chlore Ca2+ dépendante. La conductance proton s'active pour un potentiel membranaire supérieur à 0 mV et ne présente pas d'inactivation, sa constante de désactivation pour un potentiel de -60mV étant de 73plus ou moins 21 ms (n=26). Le potentiel d'inversion du courant proton dépend de l'amplitude et de la durée des dépolarisations ce qui caractérise l'existence d'un phénomène de déplétion intracellulaire des protons conduisant à l'alcalinisation du milieu intracellulaire. L'acidification du milieu extracellulaire ou l'alcalinisation du milieu intracellulaire entraîne une diminution d'amplitude du courant, un déplacement de son seuil d'activation vers des potentiels plus positifs et un ralentissement de sa cinétique de désactivation, alors que l'alcalinisation du milieu extracellulaire ou l'acidification du milieu intracellulaire produit les effets opposés. Cette conductance proton est bloquée par le Ni2+, le Cd2+, le Zn2+ à la concentration de 1 mM. Dans un second temps, il est montré en présence de TEA+ mais en absence de caféine, que des dépolarisations amenant le potentiel à 20 mV ou plus permettent le développement d'un courant oscillant de sens sortant s'ajoutant au courant proton. Ces oscillations ont pour origine l'activation d'une conductance aux ions chlorure activée par l'élévation du taux de calcium intracellulaire causée par la libération du calcium contenu dans les réservoirs intracellulaires sensibles à l'InsP3. Il est aussi montré que l'alcalinisation intracellulaire, engendrée par l'activation du courant de proton, semble être étroitement liée au déclenchement du courant de chlore.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (130 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 102-129

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Lilliad Learning Center Innovation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1995-395

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1995LIL10192
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.