Le bebete-show comme processus de communication politique : son public, son contenu, son impact

par Grégory Derville

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Pierre Bréchon.

Soutenue en 1995

à Grenoble 2 .


  • Résumé

    Depuis sa naissance en 1988, l'emission satirique "le bebete-show", diffusee sur tf1 a 19h 50, recoit un enorme succes populaire (entre 8 et 13 millions de telespectateurs chaque soir). Mais ce public de masse est en fait tres heterogene dans ses reactions face a l'emission. Une serie d'entretiens semi-directifs a permis de construire une typologie a 5 positions, avec les profils du refractaire, du mecontent, du telespectateur distrait, du fan populiste et de l'amateur eclaire du bebete-show. En plus de cette diversite du public, les auteurs subissent la pression de certaines contraintes dues a la nature de la "television de distraction", ou au genre satirique. Ces contraintes sont a l'origine d'un "contrat de communication" que les auteurs sont tenus de respecter, et qui explique en partie la singularite de leur discours par rapport au discours politique classique. Une analyse lexicometrique, rhetorique, stylistique, thematique et ideologique permet en outre de mettre en evidence le caractere conservateur et populiste du contenu du bebete-show. L'analyse du discours des telespectateurs et de plusieurs sondages montre que l'influence du bebete-show sur les representations politiques du public est tres variable, allant de l'effet de renforcement a l'effet de "brouillage". De meme, l'emission remplit des fonctions extremement differenciees selon le profil des telespectateurs : fonctions d'information, de decodeur et de socialisation pour le telespectateur distrait, fonctions de porte-parole, de procureur et de defouloir pour le fan populiste, fonction "editoriale" pour l'amateur eclaire. A un niveau plus large (et plus normatif), des arguments existent, issus par exemple de considerations anthropologiques, pour affirmer que le bebete-show ne represente pas forcement, pour la democratie, le danger que beaucoup y voient, notamment parce qu'il contribue a ritualiser (et a neutraliser) la contestation.


  • Résumé

    Since its emergence in 1988, the french satirical broadcast "the bebete-show" has been meeting a huge success : between 8 and 13 million viewers watch it each day at 19. 50, just before the news. But this mass public is, in fact, very heterogeneous. From a series of in-depth interviews, one can build a typology of 5 patterns of viewers : the refractory, the malcontent, the inattentive, the populist fan, and the enlightened lover of the bebete-show. The authors also undergo the pressure of some specific constraints of the entertainment television, and of the satiric genre. From this results a "communication contract", which the authors must respect, and which partly explains the peculiarity of their discourse with respect to the classical political discourse. Moreover, a lexicometric, rhetorical, thematic and ideological analysis brings into evidence the conservative and populist nature of the content of the bebete-show. The analysis of the viewer's interviews and of some opinion pools shows how much the influence of the bebete-show on the public's political opinions is varying : activation effect, reinforcement effect, "scrambling" effect. In the same way, the functions of the bebete-show are extremely changing depending on the viewers : functions of information, of decoder and of political socialization for the inattentive, functions of spokesman and of catharsis for the populist fan, editorial function for the enlightened lover.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (666 f.) (126 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205141/1995/11/1-2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.