Caracterisation d'interfaces et effet polaron magnetique excitonique dans les heterostructures de semiconducteurs semimagnetiques cdmnte/cdte

par WOLFGANG GRIESHABER

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Y. MERLE D'AUBIGNE.

Soutenue en 1995

à Grenoble 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'etalement des interfaces dans des heterostructures cdte/cdmnte a ete determine par mesures de l'effet zeeman des transitions excitoniques dans le puits de cdte. Cette methode magneto-optique est sensible a la correlation de position d'ions mn en sites de premiers voisins et permet une caracterisation a l'echelle de la distance interatomique. Deux effets (extrinseque et intrinseque) expliquent quantitativement l'exaltation de l'aimantation aux interfaces. L'effet extrinseque est du a l'etalement des interfaces selon l'axe de croissance ; l'effet intrinseque est pris en compte en attribuant a chaque ion mn dans une monocouche l'aimantation qu'il aurait dans le massif avec le meme nombre de premiers voisins. Dans des echantillons a barrieres magnetiques epaisses on peut determiner l'etalement: i) l'interface cdte/cdmnte est plus etalee que son opposee, ii) l'etalement augmente avec la temperature de depot, iii) la stoechiometrie des flux et les arrets de croissance influe peu sur l'etalement. Dans des echantillons avec nominalement 1 monocouche magnetique, la contribution de l'effet intrinseque devient non negligeable. Nous avons observe la formation du polaron magnetique excitonique dans des heterostructures cd#1#-#xmn#xte/cd#1#-#ymn#yte (y-x0. 25) avec differentes concentrations x et largeurs de puits l. Les observations resolues en temps ainsi qu'en excitation continue montrent que i) le polaron devient observable dans des puits avec x<0. 1 en excitation continue alors qu'il ne l'est pas dans le massif de meme concentration, ii) la diminution de la largeur de puits fait augmenter l'energie polaron au-dessus de la valeur qu'elle a dans le massif de meme composition. Un modele a une particule qui admet un potentiel de prelocalisation qui depend uniquement de la concentration x et qui agit dans le plan des couches rend bien compte des mesures en fonction de l et de la temperature


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 113 P.
  • Annexes : 95 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.