Concurrence imparfaite et efficacite economique : equilibre d'oligopole, differenciation verticale et jeux dynamiques d'entree

par RIM LAHMANDI-AYED LAHMANDI

Thèse de doctorat en Sciences appliquées

Sous la direction de J.-M. BONNISSEAU.

Soutenue en 1995

à l'EP .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Dans la realite, la concurrence n'est jamais parfaite. Mais en presence d'un tres grand nombre d'agents, les conditions de concurrence parfaite sont approchees. Dans la premiere partie, nous nous proposons de justifier rigoureusement cette intuition dans le cadre de l'equilibre general. Plus precisement, dans le cadre d'une economie d'echange pur, nous montrons que l'equilibre d'oligopole (l'equilibre de concurrence imparfaite retenu) converge vers l'equilibre de walras quand l'economie est repliquee un nombre infini de fois. L'analyse precedente perd de sa valeur si le nombre des agents est limite, soit par la presence de couts fixes, soit par la nature meme de la competition. Dans les modeles de differenciation verticale, sous certaines conditions, le nombre des firmes actives est limite par une borne superieure, independante des choix des firmes, meme en l'absence de couts fixes. Le marche est alors dit un oligopole naturel. Dans ce cas, contrairement aux modeles de differenciation horizontale, les conditions de concurrence parfaite ne peuvent etre approchees en faisant tendre les couts fixes vers zero. Dans la seconde partie de la these, nous etudions un modele de differenciation verticale et nous examinons l'effet des rendements d'echelle sur l'emergence d'oligopole naturel. Les jeux de la seconde partie sont des jeux a deux etapes qui ne tiennent pas compte de la menace recurrente du temps. Dans ce cas, les firmes sont en nombre restreint et conservent de ce fait des rentes. L'objet de la troisieme partie est de voir si l'efficacite peut etre approchee dans un cadre dynamique. Une premiere note porte sur les equilibres markoviens parfaits dans un jeu dynamique alterne. Dans le cas de la competition en quantites entre deux firmes identiques, il existe un seul equilibre markovien symetrique qui conduit a l'efficacite. Nous montrons alors que si une asymetrie de cout est introduite, cet equilibre ne conduit plus a l'efficacite productive: la firme la moins efficace peut rester en place face a une firme plus performante. Dans le papier qui suit, le jeu infini est approche par un jeu finement repete. Cette approche a l'interet de selectionner la firme la plus efficace en cas d'asymetrie de cout. Elle a aussi l'interet de permettre de traiter le cas general d'oligopole naturel. C'est justement le but de ce papier. Dans le cas d'oligopole naturel, nous identifions des regles du jeu qui conduisent a l'efficacite: quand le nombre des periodes tend vers l'infini, les profits sont dissipes et le nombre des firmes actives sur le marche correspond au nombre optimal qui minimise le cout global de l'industrie


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 122 P.
  • Annexes : 97 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École polytechnique. Bibliothèque Centrale.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.