Traitement de la complexite dans une entreprise de projets de haute technologie : le cas de thomson-csf radars et contre-mesures

par FRANCOIS NOTELET

Thèse de doctorat en Sciences appliquées

Sous la direction de A. HATCHUEL.

Soutenue en 1995

à l'EMP .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail a pour enjeu d'analyser les problemes poses par une gestion de projet en milieu complexe, a travers l'exemple d'une entreprise de haute technologie, thomson-csf radars et contre-mesures (rcm). Cette entreprise s'est orientee vers la production de prototypes complexes et se trouve de ce fait confrontee a une gestion projet, en matiere de couts et de delais notamment, a la fois capitale et quasi-impossible a conduire efficacement, en raison d'une hyper complexite dont seules les definitions avancees de la science de la complexite donnent une approximation. Une histoire de la maitrise de projet depuis le moyen-age montre que celle-ci est dominee par un ecart croissant entre conception et production, auquel se heurtent les outils contemporains de planification. Liee a un marche turbulent, a un produit exigeant une revolution technologique permanente, la complexite debouche chez rcm sur une crise recurrente des organisations censees maitriser le projet. Elle conduit l'entreprise equipementiere a adopter une strategie de systemier, qui accroit l'ecart entre production et conception et l'expose au risque de voir ses sous-traitants devenir ses concurrents. Dans ces conditions les diverses methodes de gestion de projet, qui coexistent dans l'entreprise, ne donnent pas satisfaction et tendent a accroitre le desordre. L'etude du secteur montage-cablage de la filiere electronique, carrefour de modifications de provenances multiples, met en evidence des traces de chaos au sens mathematique. Elle confirme l'existence d'une zone de desordre maximal, caracterisee par de multiples iterations entre conception et production. Cette derniere se caracterise par une quete effrenee de recherche d'information et dans ce contexte la gestion de projet officielle est en fait doublee par une autoregulation sensiblement plus efficace, mais non maitrisable. Ces analyses conduisent a proposer un nouveau paradigme de la gestion de projet, fonde sur le concept de planifiabilite, ainsi que sur une nouvelle organisation des connaissances qui mettrait en place un contact plus etroit entre production et conception et impliquerait une politique des ressources humaines radicalement autre


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 339 P.
  • Annexes : 324 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.