Les carmelites dechaussees en nouvelle-espagne : xvii et xviiie siecls

par Manuel Ramos Medina

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Pierre Berthe.

Soutenue en 1995

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Ce travail trace l'histoire des six couvents de carmelites dechaussees fondes en nouvelle-espagne : san jose a puebla de los angeles fonde en 1604; san jose aussi, a mexico en 1616; santa teresa a guadalajara en 1695; santa teresa la nueva a mexico en 1704, nuestra senora de la soledad a puebla de los angeles en 1748 et el dulce nombre de jesus a queretaro en 1804. Cette etude analyse essentiellement l'ordre du carmel feminin, appuye par philippe ii et sa bureaucratie, en ta nt que temoin de la contre-reforme espagnole et exemple suivi par d'autres ordres de l'empire hispanique. Au mexique, la premiere fondation des carmelites fut, tout d'abord, composee de creoles qui embrasserent grace a ce nouvel ordre dechausse ou reforme une vie beaucoup plus austere que celle des autres ordres de la nouvelle-espagne. Nous disposons aussi d'une tres riche documentation grace a laquelle nous pouvons evaluer les biens qui possederent les religieuses; c'etaient en general des proprietes urbaines qui leur avaient ete leguees ou donnees. La richesse des fondations se reflete en plus dans la splendeur du culte des eglises carmelites, temoins du baroque en nouvelle espagne il faut egalement signaler qu'une vaste bibliographie sur le theme de la vie religieuse au mexique et en europe accompag ne cette these ainsi que des appendices, parmis lesquels deux chroniques inedites, qui etayent ce travail.

  • Titre traduit

    The bare-footed carmelitas in the new-spain (xvii and xviii centuries)


  • Résumé

    This work talks about the history of six bare-footed carmelitas' couvents, founded in the new-spain : san jose de los angeles (1604), santa teresa in guadalajara (1695), santa teresa la nueva in mexico (1704), nuestra senora de la soledad in puebla (1748) and el dulce nombre de jesus in queretaro (1804). Our study analyses the female carmel order, supported by felipe ii and his bureaucratie, being a witness of the spanish contre-reform and example followed by several orders in the spanish empire. In mexico, the first carmelitas' foundation was composed by creoles, for whom this new order give the possibility of a most austere life than in other monasteries. Our documentation has been very large, and thanks to this, it was also possible to evaluate the religious' properties : they were the most of the time urban ones, given or bequeath. On the other hand, the richness of the foundation was also reflected by the splendour of the services offered at the carmelitas' churches, witness of baroque influence in the new-spain. It is also given in this work a very vast bibliography about the religious life in mexico and in europe, as well as several appendix, being two of them unpublished until now.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (683 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 4968
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18900-<1,2>
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MSH TH 4656 (1)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.