La fiction ménadique : les cités grecques, les femmes, un dieu, Dionysos

par Evelyne Meublat

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Marcel Detienne.

Soutenue en 1995

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Pourquoi les hommes grecs des cites accueillent-ils dionysos, l'etranger, et permettent-ils a la collectivite des femmes, et notamment a leurs epouses, possedees par la mania, de lui rendre un culte? c'est a partir de l'etude des pratiques rituelles, des mythes, et du discours tragique, que l'on analyse differentes representations feminines : femmes guerrieres et chasseresses identifiees aux hommes, femmes animales, pouliches indompt ees, meres meurtrieres dechainees. Cette figure-la, la plus menacante, vient pour nous en echo au "tous-freres" issus de la terre, comme une alterite subversive a ce "mythe de l'un" citoyen qui denie le rapport des sexes. Cet acte meurtrier recurrent revele une jouissance feminine particuliere, mais aussi devoile sous le meurtre du fils le sacrifice. Dionysos est alors purificateur, par la main des femmes, des bonnes epouses, des meres. La mania dionysiaque, au-dela du plaisir, fait oeuvre de mort pour tous. Et ceci nous entraine vers une analogie entre orphisme et menadisme.

  • Titre traduit

    The maenadic fiction. Greek cities, women, dionysos


  • Résumé

    Why did the greek men of the cities welcome dionysus, the stranger, and allow the community of women, in particular their wives, possessed by mania, to worship him? we will here analyse, by way of a study of rituals, myths and tragedies, different representations of women : female warriors and hunters, identified with men, animal-like women, untamed fillies, murderous mothers run amok. This figure, the most threatening of all, echoes, for us, the "all-brothers", born of earth, as if it were an otherness subversive of the "myth of one" citizen that denies the existence of a relation between sexes. This recurrent act of murder reveals a particular feminine "jouissance", while unveiling the sacrifice concealed beneath the murder of the son. Dionysus is, then, the one who purifies, acting through women, good wives, mothers. Beyond pleas ure, dionysiac mania is sign of death for all the humans. This leads us to draw an anology between orphism and maenadism

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 461 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Gernet & Glotz (Paris). (Contact: Marie LERAT) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THE.Meublat Fiction
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 18893
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MSH TH 4696

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MIC TH 1882
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 4951
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.